Passer au contenu principal

Les centristes tournent le dos à l’alliance de droite

Solution prônée par le Parti libéral-radical, l’union devrait être boudée par les petits partis. Ils craignent d’être les faire-valoir de l’UDC.

A la tête des Vert’libéraux vaudois, François Pointet avoue que son parti se trouve dans une situation délicate.
A la tête des Vert’libéraux vaudois, François Pointet avoue que son parti se trouve dans une situation délicate.
CHANTAL DERVEY

Lundi prochain, dans le pittoresque village de Chardonne, tout à l’est du vignoble de Lavaux, les élites du Parti libéral-radical (PLR) organiseront leur traditionnelle rentrée politique à huit mois des élections cantonales de 2017. Leur président Frédéric Borloz répète depuis deux ans qu’une grande alliance du centre droit (qui irait des petits partis centristes jusqu’à l’UDC) est obligatoire pour briser la majorité de gauche au Conseil d’Etat. Mais cette solution n’enchante pas les petits partis, loin s’en faut.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.