Chablais: le regroupement hospitalier est contesté

Suisse romandeDes députés valaisans craignent que les services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie soient concentrés à Vevey

En raison de surcapacités hospitalières, le principe de proximité des soins est menacé dans le Chablais.

En raison de surcapacités hospitalières, le principe de proximité des soins est menacé dans le Chablais. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Hôpital Riviera-Chablais va réunir ses services de maternité et de pédiatrie sur le site d'Aigle (VD) ou de Vevey Samaritain (VD). Les députés socialistes du Chablais valaisan contestent ce regroupement «prématuré».

L'Hôpital Riviera Chablais (HRC) dispose actuellement de deux services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie «sur un rayon de 30 kilomètres», à Aigle et à Vevey Samaritain. Tous deux enregistrent des taux d'occupation «faibles et en recul», a indiqué l'HRC dans un communiqué diffusé en fin de semaine dernière.

Face à la situation financière «difficile», la direction de l'hôpital a opté pour un regroupement anticipé des deux services sur l'un des deux sites, soit avant l'ouverture du nouvel hôpital de Rennaz (VD) prévue à l'été 2019. L'opération doit permettre une économie «estimée à plus de deux millions de francs».

La date exacte et le site choisi seront proposés par le groupe de travail interne mis sur pied récemment. L'HRC communiquera sa décision finale en fin d'année, mais précise déjà que la fusion n'interviendra pas avant le 1er mars 2018 et qu'aucun licenciement n'est prévu.

Marche arrière exigée

L'HRC a été contraint de communiquer plus rapidement que prévu sur la réorganisation projetée à la suite d'une indiscrétion sur les réseaux sociaux. Les députés socialistes du Chablais valaisans ont réagi jeudi par communiqué, exhortant l'hôpital à «faire marche arrière».

Ils craignent que la décision ne «sape la confiance de la population du Chablais valaisan en l'Hôpital Riviera-Chablais et que le principe de proximité des soins soit bafoué». Ils plaident soit pour «le statu quo» jusqu'à l'ouverture du nouvel hôpital de Rennaz, soit pour un regroupement provisoire sur le site d'Aigle.

Hausse de la qualité des soins

«Si le site de Vevey devait être retenu, nous nous retrouverions devant un véritable problème de proximité, notamment pour les habitants du Val d'Illiez» (VS), souligne la députation valaisanne. «Il n'est aujourd'hui pas exclu que le choix se porte sur Aigle. C'est au groupe de travail d'analyser les avantages et désavantages de chaque option», a indiqué à l'ats Patricia Claivaz, responsable de la communication de l'HRC.

Le groupe de travail tiendra compte notamment «des critères d'accessibilité, de proximité, d'infrastructures hospitalières et de locaux. Nous sommes convaincus que la perte de proximité sera compensée par une hausse de la qualité des soins. La concentration de 300 professionnels, de ressources et de moyens aujourd'hui éclatés sur deux sites profitera à nos patients», insiste Patricia Claivaz. (ats/nxp)

Créé: 12.10.2017, 13h43

Articles en relation

Des maternités en sursis avant le terme

Vevey-Aigle La situation financière de l’Hôpital Riviera-Chablais contraint la direction à fermer des services bien avant l’ouverture du site unique à Rennaz. Plus...

Les urgences se réorganisent à Neuchâtel

Hôpital L'Hôpital neuchâtelois lance un chantier qui durera 2 ans et coûtera pas loin de 3 millions pour améliorer les urgences. Plus...

Sion veut éviter des séjours «non nécessaires»

Santé Le Valais est le premier canton romand à vouloir «éviter d'inutiles séjours à l'hôpital». Plus...

Hôpital fribourgeois: situation «critique»

Fribourg L'HFR prévoit mardi un déficit nettement plus important que prévu qui pourrait s'élever à 12 millions de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...