Les chauffés à l’électrique préparent le 2e round

Energies renouvelablesDeux cents personnes ont participé lundi à Epalinges à une séance d’information sur l’évolution du cadre légal.

Les propriétaires de maison dotées de chauffages électriques s'estiment injustement discriminés

Les propriétaires de maison dotées de chauffages électriques s'estiment injustement discriminés Image: Christian Brun - archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le répit pour les propriétaires de maisons équipées d’un chauffage électrique touche à sa fin. Durant le troisième trimestre de cette année, le Grand Conseil devrait en effet prendre connaissance du contre-projet du Conseil d’État à l’initiative de Jean-Yves Pidoux visant à réintroduire l’interdiction des chauffages électriques dans la loi sur l’énergie.

Pour les propriétaires de telles installations, l’heure de la mobilisation a donc sonné. Et «l’avis de tempête» lancé par le président de l’association Choc électrique en guise d’invitation à une séance d’information lundi à Epalinges a été entendu: plus de deux cents participants se sont déplacés, pour la plus grande joie de Jean-Pierre Mérot.

«Il faudra bien ça, car nous avons face à nous des personnes déterminées à un point qu’il est difficile de comprendre», constate le bouillant défenseur de la cause depuis dix ans déjà. Ayant participé à une commission consultative, Jean-Pierre Mérot a, par exemple, bondi en entendant un responsable cantonal affirmer «qu’il faut éradiquer les chauffages électriques à cause du réchauffement climatique». «La cause principale de ce réchauffement proviendrait des dégagements de CO2, rappelle le président. Mais nos chauffages en produisent très peu, en tout cas beaucoup moins que ceux à gaz ou à mazout, qui ne semblent pourtant pas obnubiler au même degré ce monsieur.»

Par la voix du député PLR Guy-Philippe Bolay, la séance a aussi permis à l’assistance de découvrir les axes principaux du contre-projet probable du Conseil d’État. Les obligations d’investissement pour les propriétaires d’un chauffage électrique seraient liées à leur consommation. Plus celle-ci serait élevée, plus les investissements à consentir devraient être rapides et importants. «Mais on va alors avoir un gros problème de protection des données personnelles», avertit Jean-Pierre Mérot.

Autre nouveauté, les boilers à eau électrique seraient désormais aussi dans le viseur. «Ça, c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous. Car, au lieu de 5 à 6% de la population, c’est soudain 30% qui vont être concernés.» (24 heures)

Créé: 17.04.2018, 17h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...