Passer au contenu principal

Le chauffeur de taxi dormait au feu rouge

Au volant de sa Porsche, l’homme contestait le mois de retrait de permis infligé par le Service des automobiles et de la navigation. La justice a rejeté son recours.

Le Tribunal cantonal a estimé que le conducteur s’était bien assoupi, perdant ainsi pendant un bref moment la maîtrise de son véhicule.
Le Tribunal cantonal a estimé que le conducteur s’était bien assoupi, perdant ainsi pendant un bref moment la maîtrise de son véhicule.
Philippe Maeder - a

Les policiers n’en ont pas cru leurs yeux: alors qu’ils patrouillaient de nuit, ils ont aperçu un chauffeur de taxi indépendant qui dormait dans son taxi au milieu de la chaussée. C’était en février 2017. L’homme de 45 ans avait déclaré qu’il avait consommé des médicaments la veille, mais son explication n’avait pas convaincu le Service des automobiles et de la navigation (SAN), qui avait prononcé le retrait de son permis de conduire pour un mois. Le chauffeur avait alors recouru contre cette décision, mais la justice vient de le rejeter.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.