La Chaux rallume le débat sur l’autonomie villageoise

Grand ConseilLes députés ont validé la mise sous régie du village où quatre municipaux ont claqué la porte. Echauffement politique pré-électoral.

Selon la conseillère d’Etat Verte Béatrice Métraux, le gouvernement n’a pas eu d’autre choix que de mettre La Chaux sous régie pour trouver une solution rapide.

Selon la conseillère d’Etat Verte Béatrice Métraux, le gouvernement n’a pas eu d’autre choix que de mettre La Chaux sous régie pour trouver une solution rapide. Image: ARC/JEAN-BERNARD SIEBER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chaux est un simple petit village de 420 habitants tout au nord du district de Morges. Mais son avenir soulève de nombreuses craintes. Mardi, les députés ont discuté de lui durant une heure et demie. Car, derrière le cas de La Chaux, se cache en réalité l’épineuse question de l’ingérence du pouvoir cantonal dans les affaires d’un village.

Après que quatre des cinq municipaux ont démissionné il y a plusieurs semaines, le Conseil d’Etat a placé le village sous régie. Il est désormais administré par un ancien préfet, et cette procédure a entraîné le débarquement immédiat du dernier municipal («24 heures» du 9 juin).

Finalement, les députés ont validé la solution du Conseil d’Etat, mais dans la douleur. Résultat du vote: 70 oui à gauche et au centre, 11 non (dont un socialiste) et 47 abstentions, quasi toutes à droite. Le débat a servi d’échauffement alors que débute le marathon électoral de trois ans, notamment avant les communales de 2016. D’autant plus que le dossier est géré par l’une des cibles favorites de la droite: la ministre Verte Béatrice Métraux, à la tête du Département des Institutions.

«Un bailli cantonal»

«Le Conseil d’Etat a été choqué par la démission de ces municipaux, ce qui a vidé les autorités de La Chaux de leur vitalité, a expliqué la magistrate aux députés. Nous n’avons pas eu d’autre choix pour prendre une décision rapide. Il ne s’agit pas d’une sanction vis-à-vis du municipal non démissionnaire.»

Le Parti libéral-radical et l’UDC ont préféré s’abstenir. Leur but: ne pas cautionner la solution de l’Etat cantonal, tout en évitant d’annuler l’élection complémentaire du 28 juin. La plus virulente opposante est la libérale-radicale Pierrette Roulet-Grin, ancienne préfète du Jura-Nord vaudois. «Le gouvernement aurait dû calmer le jeu avec doigté, estime-t-elle. Quand j’entends le mot régisseur nommé par le Conseil d’Etat, je me demande s’il ne s’agit pas d’un bailli.»

Interprétation différente à gauche

Le lobby des communes est le plus important du Grand Conseil, composé de dizaines de syndics, de municipaux, de conseillers communaux et généraux. Mais à gauche, socialistes et Verts font une interprétation différente du cas de La Chaux.

C’est le cas du député Vert Raphaël Mahaim: «Estimer, comme le fait la droite, que l’Etat aurait dû intervenir en amont pour régler la situation de La Chaux est une réaction incompréhensible dans le débat sur l’autonomie communale.»

Créé: 09.06.2015, 20h21

Articles en relation

La droite refroidie par la mise sous régie d’un village

Grand Conseil Les députés doivent dire mardi s’ils acceptent que l’Etat ait pris la main sur la Municipalité de La Chaux. Division parmi les syndics et les municipaux Plus...

Bientôt la fin de la mise sous tutelle de La Chaux

Institutions Cinq candidats sortent du bois. Ils viennent de déposer leur liste pour l’élection complémentaire à la Municipalité. Plus...

Encore un peu sonnée, La Chaux veut tourner la page

Mise sous régie Le dépôt des listes pour la Municipalité devrait donner un nouveau souffle à la commune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.