Passer au contenu principal

Le chef qui doit réformer le SPJ est confirmé

Frédéric Vuissoz, nommé ad interim en octobre 2018, reste à la tête d'un service ébranlé par l'affaire du père abuseur.

Nommé ad interim en octobre 2018, Frédéric Vuissoz est confirmé au poste de chef du SPJ.
Nommé ad interim en octobre 2018, Frédéric Vuissoz est confirmé au poste de chef du SPJ.
VANESSA CARDOSO

En octobre 2018, alors que la conseillère d'Etat Cesla Amarelle avait poussé dehors le chef du Service de protection de la jeunesse (SPJ), Christophe Bornand, Frédéric Vuissoz était nommé ad interim. Alors à la tête de l'Office des curatelles et tutelles professionnelles qui venait de mettre fin au principe des curateurs contraints, il était désigné pour mettre en oeuvre les premières réformes à la suite de l'affaire du père abuseur qui avait choqué l'opinion publique. A l'époque, «24heures» avait laissé entendre qu'il serait nommé définitivement. C'est chose faite, à la suite de la mise au concours du poste, en novembre dernier. Cesla Amarelle annonce cette confirmation ce vendredi matin aux collaborateurs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.