Le cheval se fraie un chemin dans l’aménagement du territoire

AgricultureL’Etat de Vaud a émis une directive visant à clarifier le statut du cheval en zone agricole.

Légalement et administrativement, les chevaux se retrouvent coincés entre le monde des loisirs et celui de l'agriculture.

Légalement et administrativement, les chevaux se retrouvent coincés entre le monde des loisirs et celui de l'agriculture. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Animaux utilisés pour les loisirs, mais vivant majoritairement en zone agricole, les chevaux se retrouvent coincés administrativement entre ces deux mondes. Cet été, dans le cadre de l’application de la loi sur l’aménagement du territoire, le canton de Vaud a pondu une directive qui doit éclaircir leur situation et faciliter leur détention. «Beaucoup d’agriculteurs sont en zone grise avec leurs chevaux et risquent de se faire attraper par un contrôle», observe un exploitant du Gros-de-Vaud. Lui-même a converti un hangar pour y mettre des chevaux en pension. «On m’a finalement dit que je devais changer l’affectation du bâtiment. J’en ai fait la demande, mais j’attends toujours.»

Précisément, cette nouvelle directive, élaborée conjointement par le Service de l’agriculture et celui du développement territorial, fixe les règles pour les projets d’installations équestres en zone rurale. «Cette modification de la loi permet aux entreprises agricoles d’avoir certaines activités liées à la pension pour chevaux», explique Richard Hollenweger, du Développement territorial.

Le cheval pose problème

«Cela fait longtemps que le cheval pose problème en matière d’aménagement du territoire, relève Daniel Gay, membre de la direction de Prométerre. Là, il s’agit de le rattacher à la zone agricole.» Autrefois, on faisait la différence entre le cheval agricole et le cheval de loisir. Désormais la différenciation se fait au niveau des détenteurs des animaux. Entre ceux qui ont une entreprise agricole et ceux qui mènent purement une activité de loisir.

«L’idée est de lâcher un peu la bride aux exploitations agricoles qui font de la pension de chevaux», assure Frédéric Brand, chef du Service de l’agriculture. La nouvelle législation permet notamment à ces exploitations de détenir le nombre de chevaux qu’elles souhaitent pour autant qu’elles aient du fourrage en suffisance. Les carrés de sable réservé à l’équitation peuvent dorénavant être admis dans une exploitation en zone agricole.

«Pour le moment je ne vois pas beaucoup d’assouplissement, constate l’agriculteur du Gros-de-Vaud. Ce sera effectivement un peu plus facile de construire un carré de travail, mais c’est à peu près tout», estime-t-il.

Une activité croissante

Quoi qu’il en soit, cette directive vise à répondre à un besoin croissant. «Le nombre de chevaux de loisir augmente fortement dans le canton, relève Frédéric Brand. La pension de ces animaux devient une activité annexe toujours plus importante pour les agriculteurs.» Le Canton recensait 5200 chevaux en 2013. «C’est une vraie diversification pour le monde agricole, ajoute Daniel Gay. La législation permet désormais de cadrer correctement cette activité, ce qui n’était pas vraiment le cas avant.» (24 heures)

Créé: 08.08.2015, 12h40

Articles en relation

LAT, une bouffée d’oxygène pour les communes

L'invitée Jacqueline de Quattro explique que le gouvernement vaudois a introduit un assouplissement qu’il entend faire accepter par Berne. Plus...

Les syndics en plein désarroi pour le futur de leurs villages

Aménagement Les élus de l’Association de communes vaudoises disent à Jacqueline de Quattro leur crainte face à la LAT. Plus...

75% des communes devront réduire leurs zones d'habitation

LAT Trois localités sur?quatre sont obligées de réduire leurs réserves de?zone à bâtir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...