Des cheveux pour repousser les sangliers

VaudUn agriculteur a planté des sacs de cheveux autour de son champ pour éloigner les bestioles. Une idée au poil.

Le paysan a installé des sacs de cheveux pendant deux mois en bordure de champ.

Le paysan a installé des sacs de cheveux pendant deux mois en bordure de champ. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’installation, plantée en pleine campagne vaudoise, pouvait passer pour l’œuvre d’un artiste inspiré. De «lard contemporain», si on osait. Elle a en tout cas surpris plus d’un promeneur. «Je me suis trouvé en face d’une exposition au bord du chemin. Des animaux morts. Des campagnols suspendus dans des filets transparents, s’est indigné l’un d’eux. Cette manière de faire n’est pas digne d’un paysan qui respecte la nature.» Sauf que de souris des champs, les filets n’en contenaient pas la queue d’une. Non. Ils étaient bourrés de cheveux humains, à ras bord. En fait, une recette de grand-mère censée éloigner les sangliers.

C’est à Poliez-Pittet que l’expérience a été observée. «C’est ma fille qui est tombée sur cette manière de repousser les sangliers, en surfant sur internet. Je me suis dit: «Pourquoi pas?» J’ai essayé une première fois l’année dernière, sur un de mes champs en bordure de forêt, et ça a marché. J’ai recommencé cet hiver. C’est qu’en «rebouillant» le sol comme ça, ces bêtes me causent des dégâts énormes», raconte le paysan au poil. Il a suspendu six sacs remplis de cheveux en bordure d’une parcelle où il avait semé du blé. «Les sangliers avaient commencé à me labourer le terrain, à la recherche de vieux épis de maïs oubliés.» Il a laissé ses sacs pendant deux mois. Les bestioles ne sont pas revenues.

Sa coiffeuse le fournit

Le paysan se fournit en cheveux auprès de sa coiffeuse. Elle les lui met de côté au lieu de les éliminer, comme la profession le lui impose. «D’ordinaire, j’installe des fils électriques autour de mes champs, mais ils doivent être posés assez bas pour empêcher les marcassins de passer. Les cheveux, ils n’aiment pas trop. Je crois que c’est l’odeur des hommes qui les repousse. Au printemps, c’est sûr, je retenterai le coup.»

Hasard du calendrier, les sangliers se sont invités au Grand Conseil vaudois cette semaine. Leur prolifération a occupé les députés, qui ont accepté, à une large majorité, une résolution demandant au Conseil d’État d'intervenir afin que la gestion et la régulation de cet animal soit plus efficace et devienne une des priorités des gardes-faune, en organisant d'importantes battues dans les régions les plus concernées. C’est le député UDC José Durussel, paysan à Rovray, dans le Nord vaudois, qui est monté au front. Et le coup des sacs de cheveux, il connaît? «J’en ai entendu parler autour d’un verre. Moi, je suis adepte des fils électriques pour protéger mes champs, mais cela demande beaucoup d’entretien. Les sangliers me causent d’importants dégâts, surtout dans les prairies, qu’ils labourent à la recherche de vers blancs. Les cheveux humains, il est possible que cela répulse les sangliers. Ils sont tellement méfiants. Mais si c’est pour les envoyer chez le voisin.»

Sur les terrains de foot

En France, en Espagne ou encore en Italie, le recours aux cheveux pour lutter contre le sanglier est déjà répandu. On les utilise même pour protéger les pelouses des golfs et des terrains de football. La technique est toutefois légèrement différente: les cheveux sont directement dispersés par kilos sur le sol. Les sangliers en aspireraient avec le groin quand ils fouillent la terre. Dans l’impossibilité de les retirer, cela les rendrait fous. À noter que l’effet répulsif des cheveux humains sur les sangliers s’estomperait aux premières pluies.

Créé: 18.01.2020, 08h14

Articles en relation

Un sanglier à la broche par Toutatis!

Terroir Daniel Villaluso rôtit une dizaine de sangliers par an, dont celui de la broche du Parc naturel du Jorat. Plus...

Trop nombreux, les sangliers pourraient laisser leur peau aux Grangettes

Régulation Face à la prolifération exponentielle du suidé dans la basse plaine du Rhône, le Canton propose une mesure drastique. Plus...

Les grands moyens pour réguler la population des sangliers

Tirs Le Canton va favoriser les tirs de régulation et rembourser une partie des clôtures pour protéger les champs agricoles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.