Passer au contenu principal

Le château de Chillon sort de ses murs

Lancés jeudi, les travaux d’aménagement extérieurs de l’édifice comprennent la réalisation, en 2020, d’un jardin anglais et d’un pavillon-cafétéria.

La création d’une cafétéria et d’un Jardin anglais de l’époque romantique vise à étendre le périmètre de visite du site.
La création d’une cafétéria et d’un Jardin anglais de l’époque romantique vise à étendre le périmètre de visite du site.
DR

Si Lord Byron l’avait su, il aurait peut-être différé sa venue à Chillon, lui qui n’y était resté que quelques heures lors de sa première visite. Car le monument historique le plus visité de Suisse bénéficiera sous peu de commodités d’accueil dignes de son rang. La construction d’un pavillon-cafétéria extra muros a été lancée jeudi.

«Nous vivons une véritable success story»

L’édifice est érigé aux abords du château, où un jardin anglais est en création. Ces aménagements ont été prévus pour desserrer l’étreinte des visiteurs sur le château, dont les besoins liés au tourisme sont en contradiction avec les impératifs de sa conservation. «Nous vivons une véritable success story, explique Claude Ruey, président de la Fondation de Chillon. Nous avons dépassé le cap des 400'000 visiteurs l’an passé, alors que dans notre stratégie initiale nous en avions prévu 300'000.»

Les touristes aiment Chillon. Et la fondation entend le leur rendre. «Le but de ces travaux est de transformer le site en un lieu de réception prolongée, précise Marta Sofia dos Santos, directrice. Les visiteurs auront droit à un meilleur accueil et à des infrastructures confortables s’ils désirent s’arrêter plus longuement dans ce cadre idyllique, tout en pouvant, enfin, se restaurer dans une cafétéria digne de ce nom.»

Retour au XVIIIe siècle

Le pavillon-cafétéria prévoit 80 places assises, dont 60 à l’intérieur et une vingtaine sur la terrasse. Avec son architecture contemporaine, ses grandes baies vitrées et sa toiture plissée, le pavillon devrait être propice à la contemplation dans le contexte paysager enchanteur du lac Léman, des Alpes et du château. Il est prévu de garnir le site de végétation à caractère historique (charmes, ifs, houx, hortensias…), avec des éléments s’inspirant de la philosophie rousseauiste. Ce jardin anglais renverra les visiteurs à la fin du XVIIIe siècle, à la naissance du romantisme et à l’apparition du tourisme sur la Riviera.

Il a été développé par les architectes Dreier Frenzel et l’agence d’architecture paysagiste L’Atelier du Paysage, lauréats du concours international organisé en 2013. Le projet global coûte 3 millions de francs. La fondation finance la construction. Le Canton, propriétaire, prend en charge les aménagements extérieurs, dont le coût s’élève à 1,4 million. Le chantier s’achèvera à Pâques 2020.

Le budget 2019 enterré

Pour marquer le début des travaux, plusieurs objets ont été enterrés sur place, dont un exemplaire du budget 2019 du château de Chillon. Et celui-ci suit l’ascension fulgurante du château. De l’ordre de 2,5 millions en 2002, il s’élèvera à 6,2 millions l’an prochain, alors que la subvention cantonale a passé de 500'000 francs à 250'000 francs ces dernières années. Commentaire de Pascal Broulis, ministre des Finances chargé du Patrimoine, présent sur place: «Ce partenariat public-privé fonctionne très bien.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.