Le CHUV ne se ruinera pas en achetant un robot da Vinci

ChirurgieL’hôpital universitaire se satisfait de son partenariat avec La Source et renonce à acheter son propre bijou technologique.

Muni que quatre bras articulés et piloté par le chirurgien par une console, le da Vinci est principalement utilisé en urologie et en chirurgie viscérale.

Muni que quatre bras articulés et piloté par le chirurgien par une console, le da Vinci est principalement utilisé en urologie et en chirurgie viscérale. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La robotique est l’avenir de la chirurgie. Elle permet d’effectuer tout un tas de gestes plus précis que ceux de la main humaine et offre une multitude d’avantages pour le patient (opérations moins invasives, temps de récupération plus rapide, entre autres). Le CHUV renonce à investir dans un robot Da Vinci. Ce bijou technologique coûte 2,5 millions de francs, auxquels s’ajoutent 200 000 francs de frais annuels de maintenance.

Pour Dimitri Djordjèvic, directeur de la Clinique de La Source, ce robot est impossible à rentabiliser. Il en a fait l’acquisition en 2012 et a conclu un partenariat avec l’hôpital cantonal. Sorte de garde partagée: chaque institution profite du Da Vinci une semaine sur deux. «Le CHUV n’utilise que 70% des plages horaires qu’il a à disposition, explique Dimitri Djordjèvic. Les assurances remboursent le même montant, qu’une opération soit effectuée avec l’aide du Da Vinci ou sans. Le coût pour l’hôpital passe pourtant environ du simple au double.»

«Sa supériorité, par rapport à une opération effectuée par la main humaine, n’est démontrée que lorsque l’espace pour opérer est très confiné ou sur des patients très obèses»

Le robot actuel est principalement utilisé en urologie et en chirurgie viscérale. Composé de quatre bras articulés sur lesquels sont fixés les instruments chirurgicaux, la bête est commandée via une console par le médecin. «Sa supériorité, par rapport à une opération effectuée par la main humaine, n’est démontrée que lorsque l’espace pour opérer est très confiné ou sur des patients très obèses, précise Oliver Peters, directeur général adjoint du CHUV. À quoi bon faire une opération avec le Da Vinci lorsque l’on peut obtenir le même résultat sans lui et pour moins cher.»

Rien ne pousse l’hôpital cantonal à investir dans un tel appareil. «Cette machine fait déjà partie de l’ancienne génération de robots et la future est en plein développement, explique Oliver Peters. Dans la prochaine période, nous allons envisager l’achat de machines plus perfectionnées.» La concurrence commence tout juste à se mettre en place, laissant espérer des prix d’achat plus bas.

«Nous sommes heureux de participer à cette expérience avec La Source. Elle permet à nos médecins de faire leurs armes avec ce type de technologie.»

Dimitri Djordjèvic comprend l’argument financier, mais persiste: «Un hôpital qui forme les médecins de demain aurait autant intérêt que La Source à posséder un tel robot.» Véritable carte de visite, le Da Vinci a incité certains chirurgiens, formés à la robotique ou attirés par elle, à rejoindre la clinique privée.

Pourtant, elle ne l’utilise que pour 300 opérations par année, alors qu’elle en pratique environ 15 000. «Nous sommes heureux de participer à cette expérience avec La Source, poursuit Oliver Peters. Elle permet à nos médecins de faire leurs armes avec ce type de technologie. Ce sera utile pour l’avenir.»

Dimitri Djordjèvic de conclure: «On ne reviendra pas en arrière. Les évolutions technologiques sont le futur de la chirurgie. Quand vous avez eu un smartphone, vous ne regrettez pas votre vieux Nokia!» (24 heures)

Créé: 25.07.2018, 19h42

Articles en relation

Des experts pointent des manquements au CHUV

Drame Les premiers rapports sur la mort, en juin 2016, d’une maman et de son bébé sur le point de naître signalent une série de violations des règles de l’art. Plus...

Malaise et tensions dans les couloirs de l’Hôpital de l’Enfance de Lausanne

CHUV Des collaborateurs font état de gestion «autoritaire» et de dysfonctionnements au sein du service de chirurgie pédiatrique. Plus...

Le CHUV, hôpital à haute sensibilité humanitaire

Santé L’an dernier, l’hôpital a consacré 537 jours à des missions d’entraide. Une vocation encouragée Plus...

Un faux médecin s'équipait avec du matériel du CHUV

Procès L’homme condamné mardi à Vevey pour pratique illégale de la médecine avait accumulé de quoi monter un cabinet médical. Plus...

La Vaudoise star de l'autopsie poursuit sa conquête du monde

CHUV-HUG Une étude internationale valide le procédé d’examen des corps mis au point par Silke Grabherr, cheffe de la médecine légale romande. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.