Passer au contenu principal

Il y a bien cinq candidats pour remplacer Maillard

La limite pour déposer une candidature au Conseil d’État était fixée à lundi. Sept listes batailleront, pour cinq candidats.

Le tirage au sort pour définir l’ordre officiel des listes électorales s’effectue traditionnellement avec une roue de bois.
Le tirage au sort pour définir l’ordre officiel des listes électorales s’effectue traditionnellement avec une roue de bois.
Jean-Bernard Sieber/ARC

Les Vaudois qui souhaitent remplacer Pierre-Yves Maillard au Conseil d’État avaient jusqu’à ce lundi midi pour déposer leur candidature. Finalement ce sont cinq concurrents qui se présentent. C’est-à-dire tous ceux qui s’étaient déjà déclarés publiquement jusqu’ici.

Mais au total sept listes ont été déposées. La raison: le Parti socialiste et Les Verts auront chacun leur propre bulletin, mais dans les deux cas avec la conseillère nationale socialiste Rebecca Ruiz. Même logique à droite avec le préfet UDC Pascal Dessauges, dont le nom sera imprimé sur les bulletins de l’UDC et du Parti libéral-radical (PLR).

Quant aux trois autres candidats, il s’agit du député Axel Marion (Parti démocrate-chrétien, PDC), du député de SolidaritéS Jean-Michel Dolivo (qui se présente sous l’étiquette Ensemble à Gauche) et Anaïs Timofte, pour le Parti ouvrier et populaire (POP).

L’enjeu de la journée de dépôt des listes est de savoir quels candidats surprises sortiront du bois au dernier moment. Il n’y en a finalement pas eu. Le plus attendu était Guillaume «Toto» Morand, déjà candidat en 2012 et en 2017. Ce Lausannois, patron de magasins de chaussures, a annoncé la semaine dernière qu’il renonçait.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.