Claude-Alain Voiblet accusé de se moquer des intérêts vaudois

AutoroutesEn se battant contre la vignette à 100 francs, le vice-président de l’UDC Suisse fâche les défenseurs du contournement de Morges

Le combat de Claude-Alain Voiblet contre la vignette à?100?francs fâche à gauche et à droite.

Le combat de Claude-Alain Voiblet contre la vignette à?100?francs fâche à gauche et à droite. Image: FLORIAN CELLA -a

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’attitude de Claude-Alain Voiblet est irresponsable. En combattant la hausse du prix de la vignette, il joue avec les chances de construction du contournement de Morges. Ce n’est pas un homme de compromis, il ne vit que pour dire non.» Olivier Français (PLR), membre de la Commission des transports du Conseil national, résume en ces mots le sentiment d’une grande partie de la classe politique vaudoise, fâchée contre le président de l’UDC vaudoise.

Son tort? Être le seul politicien romand influent à combattre publiquement la hausse de la vignette de 40 à 100 francs, décidée en mars dernier par les Chambres fédérales. Cette hausse doit notamment permettre d’améliorer le réseau autoroutier.

La ligne du parti national
Claude-Alain Voiblet est conscient d’avoir le mauvais rôle en s’affichant pour récolter les signatures pour un référendum quasiment assuré d’aboutir. «Être politicien, c’est faire valoir ces idées. Le programme de l’UDC s’oppose à toute hausse de taxe. Plus de la moitié de celles que paient les automobilistes ne sont pas utilisées pour financer les routes. Cette hausse est inutile, il faut puiser dans ce qui est déjà disponible.» En tenant ce discours, le vice-président de l’UDC Suisse donne surtout l’impression d’avoir choisi de suivre la ligne du parti national, au détriment d’une vision divergente au sein de sa section cantonale.

Les conseillers nationaux UDC vaudois, et la plupart des autres romands, défendent la vignette à 100 francs, tout en démentant des tensions internes. «Pourquoi l’UDC serait-elle le seul parti à ne pas avoir droit à des divisions?» s’interroge André Bugnon. Pour Guy Parmelin, Claude-Alain Voiblet a la liberté de récolter des signatures. «L’UDC Suisse soutient le référendum. Cela sera à nous d’être meilleurs pour expliquer aux électeurs vaudois pourquoi ils doivent voter la hausse de la vignette.»

Éviter le «désastre»
Pas de quoi rassurer le responsable de la politique des transports au Centre patronal, Patrick Eperon. «En cas de refus de cette hausse, cela retarderait de nombreuses années l’ensemble des projets, le temps de trouver une autre solution politique. D’une manière générale, il faut adapter le réseau autoroutier à la croissance. Il est aujourd’hui au bord du désastre.» En particulier entre Lausanne et Genève. Les milieux économiques de la Métropole lémanique devraient soutenir massivement la vignette à 100 francs, même si ce n’est «pas de gaîté de cœur», pour reprendre l’expression de ce spécialiste reconnu des dossiers routiers.

Formellement, le projet de la Confédération prévoit cependant dans un premier temps de réaliser des projets loin des rives du Léman, et notamment la construction des contournements du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Mais en accélérant leur financement grâce à l’argent de la vignette, cela permettrait de garantir nettement plus vite le financement du contournement de Morges, selon les défenseurs de la mesure. Un scénario auquel ne croit pas Claude-Alain Voiblet. «Ceux qui veulent augmenter le prix de la vignette ont le même argument dans toutes les régions. Mais les automobilistes ne sont pas dupes, à voir les réactions sur les marchés aux stands de l’UDC.»

L’argument fait bondir la cheffe du Département des infrastructures, Nuria Gorrite (PS). «Un politicien ne devrait pas descendre dans la rue pour aller seulement dans le sens du vent. Il faut avoir le courage d’expliquer des enjeux difficiles. Claude-Alain Voiblet a fait un choix partisan. L’intérêt supérieur de la qualité de vie des Vaudois n’était pas celui-là.»

En luttant contre la vignette à 100 francs, Claude-Alain Voiblet inquiète aussi fortement les défenseurs du prochain grand paquet ferroviaire, qui sera vraisemblablement soumis au peuple cet hiver. «Ce n’est pas le même enjeu. Il s’agit de dire oui à l’agrandissement de la gare de Lausanne. Je suis automobiliste, mais aussi un utilisateur du rail.»


L’embarras de Roger Nordmann

Si Claude-Alain Voiblet fait figure d’exception bruyante dans la droite vaudoise, la gauche n’est pas unanime. Une partie des Verts est opposée à la hausse du prix de la vignette pour empêcher toutes nouvelles constructions routières, mais ils restent discrets. Ce n’est pas le cas de l’autre côté de la Sarine, où les écologistes et une partie des roses ont décidé de torpiller la vignette à 100 francs pour bloquer les projets, notamment en région zurichoise.

Leur première victime est un socialiste vaudois: Roger Nordmann. L’élu qui a fait basculer le Conseil national en faveur de la hausse, en échange d’un soutien libéral-radical au financement des projets ferroviaires, s’est retrouvé minoritaire dans l’Association Transports et Environnement (ATE), dont il est vice-président.

Depuis, Roger Nordmann ne s’exprime plus sur le sujet. Du coup, l’UDC Guy Parmelin n’hésite pas à dénoncer son «double langage». «Pas du tout, réplique un troisième conseiller national, le PLR Olivier Français. Roger Nordmann défend toujours la vignette à 100 francs. C’est un homme de parole. En plus, je constate que l’ATE en Suisse romande reste fortement en retrait.» (24 heures)

Créé: 03.05.2013, 06h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...