Passer au contenu principal

Les clichés de l’aide sociale cassés en trente photos

Le Canton soutient la Blonaysane Ghislaine Heger dans son projet de livre et d’exposition pour évoquer une réalité méconnue.

Grâce au soutien du Canton, Ghislaine Heger veut porter en images et en textes les témoignages d’une trentaine de personnes ayant vécu de l’aide sociale.
Grâce au soutien du Canton, Ghislaine Heger veut porter en images et en textes les témoignages d’une trentaine de personnes ayant vécu de l’aide sociale.
Marius Affolter

Etre à l’aide sociale, ça n’arrive qu’aux autres. Tous des profiteurs. Ou des étrangers. Autant de clichés à proscrire, selon la photographe de Blonay Ghislaine Heger, qui a connu son propre passage à vide: «Un jour, j’ai appris par SMS qu’un projet cinématographique pour lequel j’étais assistante de production ne se ferait pas. Je me suis retrouvée à l’aide sociale et l’expérience s’est avérée assez traumatisante, pour ne pas dire humiliante. Je suis pourtant de nationalité suisse, j’ai suivi de hautes études, et on me conseillait de vendre ma voiture et de racheter mon troisième pilier.» D’où l’idée d’un documentaire pour donner la parole à des personnes concernées dans le canton de Vaud, mais qui ne se fera pas. Des années plus tard, l’idée a refait surface sous la forme d’un livre et d’une exposition auxquels Ghislaine Heger travaille d’arrache-pied: «Pour contrecarrer les idées reçues, déconstruire le jugement.» Elle veut voir son projet aboutir d’ici au printemps 2017.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.