La Clinique de Montchoisi fête ses 85 ans

SantéUn nouveau directeur, Pietro Fabrizio, est appelé pour mieux profiler l'établissement dans un secteur où la concurrence est vive. Portes ouvertes le 9 septembre.

La Clinique de Montchoisi est la plus petite et sans doute, aujourd’hui, la moins connue des cliniques lausannoises.

La Clinique de Montchoisi est la plus petite et sans doute, aujourd’hui, la moins connue des cliniques lausannoises. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Clinique de Montchoisi est la plus petite et sans doute, aujourd’hui, la moins connue des cliniques lausannoises. En concurrence avec Cecil, Bois-Cerf et La Source, elle a été régulièrement rénovée et modernisée ces dernières années pour offrir des prestations de soins dans des secteurs lucratifs de la médecine privée: la radiologie, l’ophtalmologie et la chirurgie plastique. A côté de ces trois points forts, d’autres spécialités médicales sont proposées, mais avec moins d’activité.

Si elle se présente «sans ride» pour son âge respectable, la Clinique de Montchoisi n’est pas sans soucis. Une valse de directeurs a déstabilisé le personnel médical et soignant ces dernières années. Avec 22 lits pour un chiffre d’affaires annuel de 23 millions de francs (2016), elle reste un petit établissement sur le terrain des cliniques lausannoises et lémaniques.

Au bénéfice de conventions avec les assureurs privés, elle n’a aucune mission publique de soins reconnue par l’Etat. Elle n’accueille donc pas d’assurés de base sans assurance privée pour des séjours hospitaliers. Le secteur stationnaire représente 40% de son chiffre d’affaires, contre 60%, en hausse, pour l’activité ambulatoire qui, elle, est ouverte sans restriction à tous les assurés.

L’arrivée cet été d’un nouveau directeur, Pietro Fabrizio, issu du groupe propriétaire de la clinique depuis 2003, Swiss Medical Network (SMN), devrait stabiliser la gouvernance. Et aider l’établissement à se profiler dans des activités de niche prometteuses, à l’instar du pôle en ophtalmologie. La Clinique de Montchoisi est en effet réputée pour son Centre du glaucome, créé en 2003 par le Pr André Mermoud, un ancien médecin-chef de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. Ce centre, référence nationale pour traiter cette maladie, fait même référence à l’échelle mondiale. Dans le sillage du Centre du glaucome, l’ophtalmologie est devenue l’activité première de la clinique. Une vingtaine d’ophtalmologues y opèrent. Presque toutes les interventions sont faites en ambulatoire, «ce qui ne remplit pas les lits», souffle un médecin.

Pietro Fabrizio cumule depuis juin 2017 la direction des cliniques de Genolier, l’établissement phare du groupe, et de Montchoisi. Il a été, ces dix dernières années, le directeur de la Clinique Générale Sainte-Anne, à Fribourg, aussi propriété de SMN. Il vante la «taille de Montchoisi, garantie d’un accueil soigné et personnalisé».

Sa stratégie pour l’avenir? Attirer quelques très bons spécialistes dans des activités de niche au potentiel prometteur. Il cite en priorité l’orthopédie et la chirurgie générale. La clinique fait déjà un peu d’orthopédie et de chirurgie spinale, mais nettement moins que d’autres cliniques et hôpitaux de la place. Montchoisi a des activités de gynécologie mais pas d’obstétrique. Elle n’a pas de soins intensifs, ce qui limite certains développements.


Portes ouvertes: samedi 9 septembre de 9 à 17 heures. Rencontre avec le personnel médical et soignant. En présence de Laura Chaplin, artiste peintre, petite-fille de Charlie Chaplin

Créé: 06.09.2017, 18h51

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.