Passer au contenu principal

De Colombier à Savigny, ils ont lancé le 100e des Jeunesses

La clé de la fête cantonale de la Fédé a été transmise, mercredi, lors d’un raid.

En bateau, à vélo, en train, mais aussi à pied, un raid a conduit les jeunes de Colombier à Savigny.
En bateau, à vélo, en train, mais aussi à pied, un raid a conduit les jeunes de Colombier à Savigny.
CHANTAL DERVEY

Il était 18h07, mercredi, quand le canon Adélaïde, venu tout exprès de Payerne, a retenti, actionné par Mathias Dupertuis, président d’organisation de Savigny2019. Cette déflagration marquait le coup d’envoi officiel des festivités du 100e anniversaire de la Fédération vaudoise des Jeunesses campagnardes (FVJC), sur une place de fête hors norme, à Savigny.

Mais la journée avait été lancée bien plus tôt. Avant que les organisateurs de la dernière fête cantonale, à Colombier-sur-Morges en 2013, ne remettent la clé marquant le passage de témoin, un raid réunissant une bonne septantaine de jeunes a rallié Savigny depuis Colombier mercredi matin. Tout d’abord à vélo, puis de Saint-Prex à Cully à bord du bateau le Venoge, ensuite dans le petit train des vignes de Lavaux et enfin à pied, jusqu’à la tour de Gourze. «On est revenus vers Savigny à vélo, mais on a été plus performants que prévu, du coup, ils nous ont rallongé un peu le parcours. C’était dur de passer à côté de la place de fête et de ne pas pouvoir déjà s’y arrêter», rigole Saman Handschin, président de la commission médias de la FVJC et participant au raid.

Dans une partie officielle rythmée par le nouveau brass band de la FVJC (voir la vidéo ci-dessus) et les chansons des orateurs, Mathias Dupertuis a alors pu déclarer ces dix-neuf jours de fête dans les copeaux ouverts.

Depuis plus d’une année, un véritable village éphémère pousse sur la plaine du Grémaudet, avec sa tonnelle, son caveau des anciens, son pressoir, son marché et même sa gare et son petit train de ravitaillement (voir la vidéo ci-dessus). Et les orages de ces derniers jours ont permis de tester la solidité des constructions. «Les deux grands drapeaux suisse et vaudois qui trônent sur la cantine de fête ont été salement endommagés, mais une grand-maman du village a passé sa journée à la machine à coudre pour les raccommoder», glisse Mathias Dupertuis. C’est aussi cela, l’esprit de la Fédé, à découvrir jusqu’au 21 juillet.

www.savigny2019.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.