Isabelle Chevalley, la stratégie énergique

Elections cantonalesLa conseillère nationale Vert’libérale entre en piste pour le deuxième tour sur un ticket commun avec l’UDC Jacques Nicolet. Une alliance combative.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rebondissement! Le deuxième tour de l’élection pour le Conseil d’Etat s’annonce plus électrique que le premier. La droite vaudoise a décidé lundi soir de propulser la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’libéraux) sur un ticket à deux avec l’UDC Jacques Nicolet.

L’intéressée avait elle-même évoqué cette possibilité dimanche, précisant que la droite pourrait viser deux sièges. «La gauche envoie deux candidats, pourquoi la droite ne le ferait pas!» avait-elle lancé.

Cette alliance avait été préparée par les responsables des partis UDC, PLR et Vert’libéraux dans la journée. Restait à la faire approuver par leurs assemblées respectives. Les délégués du PLR, réunis en assemblée à Yverdon-les-Bains, ont plébiscité les premiers la proposition, par 269 oui, 2 non et 3 abstentions.

«Avec les Vert’libéraux et l’UDC, on a 81 députés et on peut espérer une majorité au Grand Conseil et au Conseil d’Etat», s’est réjoui l’ancien député Michel Mouquin.

Frédéric Borloz, président du PLR, a rappelé qu’il «manque 10 000 voix à Jacques Nicolet pour passer au deuxième tour. Nous ne pouvons pas les apporter seuls. Il faut une alliance, une nouvelle dynamique». Mais il a prévenu: «Si on commence à biffer un nom, on s’affaiblit mutuellement. Il faut voter la liste compacte, jouer le jeu, c’est le seul moyen de gagner et de reprendre la majorité au Conseil d’Etat.»

Le Montreusien Pierre Rochat a proposé un plan C en cas d’échec du plan B du côté de l’UDC: lancer un candidat PLR agriculteur. Proposition balayée par le congrès.

Le oui fort de l'UDC

De leur côté, les ténors de l’UDC Vaud ont proposé cette alliance à leurs troupes réunies à Bussigny. Les discussions ont fait apparaître une salle a priori divisée. Les agrariens avaient refusé de faire alliance avec les Vert’libéraux en décembre 2016, même si le PLR y était favorable.

«Je ne comprends pas qu’on puisse rentrer dans ce jeu-là, j’ai peur que nous passions pour des guignols», a déclaré la députée Aliette Rey-Marion. «Ce n’est pas la stratégie qui me plaît le plus, mais il faut regarder la réalité en face», a répondu le conseiller national Michaël Buffat.

Le député lausannois Jean-Luc Chollet a déclaré: «Allons chercher les voix où elles sont, chez les Vert’libéraux. Pincez-vous le nez s’il le faut! Seule compte l’efficacité.» Malgré les doutes et les craintes de certains, l’assemblée a finalement plébiscité cette solution par 110 voix contre 2 et 17 abstentions..

«Le baiser du diable»

L'alliance devait encore être approuvée en fin de soirée par les délégués des Vert’libéraux, réunis à Lausanne. Le candidat UDC Jacques Nicolet est venu en personne à l’assemblée ainsi que des membres du PLR. Les débats ont été nourris. Pour une partie des militants Vert’libéraux, l’alliance avec l’UDC s’apparente à une perte d’identité.

Le député Regis Courdesse, très remonté, a évoqué «le baiser du diable UDC». D’autres militants ont rappelé que les agrariens avaient commencé, avant le démarrage de la campagne, par rejeter les Vert’libéraux. Mais la perspective de ravir la majorité à la gauche a galvanisé les autres. Pour le président François Pointet, qui a tenu la bannière du parti au premier tour, c’est le moment où jamais de «lancer cette nouvelle alliance».

Les partisans du ticket à deux n’ont cependant pas minimisé «les risques» que comporte la manœuvre, à la fois pour Isabelle Chevalley et pour Jacques Nicolet, qui pourraient tous deux être biffés par des «alliés» mal lunés. Jacques Nicolet ne s’en est pas ému et a eu recours à la métaphore agricole: «Il faut semer avant de récolter… Et après, on n’est même pas sûr de récolter.»

Il s’est ensuite engagé à soutenir la Stratégie énergétique 2050. «Mais je n’en ferai pas un plat, par loyauté», a-t-il précisé. Isabelle Chevalley s’est ensuite exprimée, en admettant qu’elle était loin de partager toutes les options de l’UDC blochérienne. Mais «Roger Köppel, ce n’est pas l’UDC vaudoise avec laquelle nous partageons les valeurs de la terre», a-t-elle ajouté. Au vote, les délégués Vert’libéraux ont scellé les fiançailles par 30 oui contre 16 non.

Maillard prêt à la bataille

Plus tôt dans la soirée, l’annonce de cette alliance de choc a provoqué de vives réactions au congrès des socialistes, réunis à la Maison du Peuple à Lausanne pour arrêter leur stratégie du second tour.

C’est Pierre-Yves Maillard qui a sonné la charge: «Avec cette annonce de la droite qui veut cinq élus, je retrouverais toute ma combativité et peut-être même que je serais à disposition encore deux législatures s’ils en placent cinq», a-t-il lancé sur le ton de la plaisanterie. Le ministre s’est dit prêt à batailler comme il y a une vingtaine d’années, lorsque le gouvernement comptait cinq élus de droite: «Cela va me rajeunir!»

Nuria Gorrite, elle, a fustigé cette alliance de la droite qui n’a, selon elle, pas de projet: «C’est une alliance de circonstance pour le pouvoir. Le pouvoir le plus méprisable qui s’affranchit de projet.» Sans surprise, le PS a validé un ticket sur lequel figure Cesla Amarelle (PS) et la sortante Béatrice Métraux (Verts), tout comme le parti de cette dernière.

Les socialistes ont ensuite accueilli leurs alliés écolos, Béatrice Métraux en tête. «Je voudrais insister sur la belle alliance que nous avons eue ces cinq dernières années au Conseil d’Etat, a relevé la magistrate Verte. Pour que l’on puisse continuer à travailler ensemble et pour que l’on puisse continuer à vous proposer un canton dynamique, il faut se mobiliser.»

Le président du PS, Stéphane Montangero, a prévenu: «Même si nous sommes en position favorable pour le deuxième tour, aucune élection n’est imperdable. Il faut la mobilisation de tout le monde.»

«Ce n’est pas complètement impossible qu’une candidature d’Isabelle Chevalley fasse du tort à celle de Cesla Amarelle. Elle peut fédérer des voix au centre», commentait lundi Pierre Dessemontet, municipal PS à Yverdon-les-Bains, habitué à jongler avec les chiffres et la stratégie.

Et de faire remarquer que la conseillère nationale «venait à la base des rangs PLR». Elle «peut paraître plus acceptable pour l’électorat PLR que ne l’est Jacques Nicolet sur certains dossiers. Elle est susceptible de faire un score significatif.» (24 heures)

Créé: 02.05.2017, 00h27

Toto Morand et Sylvie Villa continuent, mais Ensemble à Gauche renonce

Entre la gauche et la droite, Guillaume «Toto» Morand a décidé de tenter sa chance. Fort de près de 9% de voix gagnées dimanche, l’indépendant affirme vouloir donner de la voix contre «la croissance débridée» du canton de Vaud.

Réunis lundi soir à la Brasserie-Restaurant Le Vaudois, à Lausanne, les représentants de Vaud Libre, de l’UDF, du PEV et du PBD ont de leur côté soutenu unanimement la candidature de la PDC Sylvie Villa pour le second tour au Conseil d’Etat. L’entrepreneuse de Mauborget, qui a recueilli 7,23% des suffrages (contre 6,06% pour Serge Melly, de Vaud Libre), a remercié ses collègues de la confiance accordée. Seul autre candidat du second tour «à échapper aux dogmes de la gauche et de la droite», Guillaume «Toto» Morand a souvent été mis sur la table durant la discussion. Il faut répondre à sa campagne «décalée» et à ses «gesticulations» par une identité personnelle «à forte valeur ajoutée». La candidature de la Vert’libérale Isabelle Chevalley a été balayée. Son alliance avec Jacques Nicolet rend le soutien du centre à la conseillère nationale «impossible».

Ensemble à Gauche ne lancera aucun de ses trois candidats au deuxième tour. Le POP, SolidaritéS et Décroissance-Alternatives ont pris leur décision lundi. Les trois formations du bloc de gauche radicale se sont réunies chacune de leur côté et ont choisi de ne pas rempiler avec Céline Misiego, Hadrien Buclin ou Yvan Luccarini. Ensemble à Gauche décidera mardi matin de son mot d’ordre.
CI.M
C.CO

Articles en relation

Le mauvais pari des vert’libéraux, abandonnés de toutes parts

Centre-droite A trois mois et demi des élections, le parti se retrouve seul à cause de son pari de s’approcher de l’UDC. Les «vert’lib» risquent de disparaître. Incertitudes sur la candidature d’Isabelle Chevalley. Plus...

Et si l'élection tournait à une guerre entre Vertes

Conseil d'Etat La challenger Isabelle Chevalley ne vise pas le siège de Béatrice Métraux. Du moins, pas officiellement. Mais un choc entre deux écologistes que tout oppose est possible. Plus...

Le PLR a trouvé ses porteurs d’eau pour le Conseil d’Etat

Vaud Les Vert’libéraux veulent s’acoquiner avec l’UDC et le PLR par ambition pour leur candidate Isabelle Chevalley. Le centre pleure, le PLR rigole et l’UDC maugrée. Plus...

Articles en relation

La droite en forme pour un «vrai» second tour

Elections cantonales Le PLR et l’UDC veulent croire à la force de leur alliance. Mais les Vert’ libéraux pourraient s’inviter. Plus...

Une élection où tout était écrit d’avance, ou presque

Conseil d'Etat Les Vaudois ont plébiscité leur Conseil d’Etat dimanche, montrant leur satisfaction de la politique menée. Le second tour s’annonce rude entre Cesla Amarelle (PS) et Jacques Nicolet (UDC). Plus...

Isabelle Chevalley songe à se lancer dans la course

Vert'libéraux La conseillère nationale n'avait pas voulu être candidate au Conseil d'Etat sans l'appui du PLR et de l'UDC. Mais elle n'exclut pas de revenir au 2e tour. Interview. Plus...

Et si l'élection tournait à une guerre entre Vertes

Conseil d'Etat La challenger Isabelle Chevalley ne vise pas le siège de Béatrice Métraux. Du moins, pas officiellement. Mais un choc entre deux écologistes que tout oppose est possible. Plus...

Les vert’libéraux lancent Isabelle Chevalley dans la course au Conseil d’Etat

Vaud Les écolos de droite veulent un ticket composé de leur conseillère nationale, les trois PLR sortants et un UDC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La question de la présence tessinoise réglée, celle de la place des femmes au Conseil fédéral va rapidement se poser. D'autant que trois vacances sont attendues d'ici 2019. Tour d'horizon des principales candidates.
(Image: Bénédicte) Plus...