Les PLR ignorent de moins en moins les UDC

Stratégie politiqueDe nouvelles alliances de droite sont conclues dans les villes pour la course aux Municipalité. Mais des blocages subsistent.

Dans plusieurs villes, comme ici à Ecublens, les candidats PLR et UDC font liste commune. Mais pas partout.

Dans plusieurs villes, comme ici à Ecublens, les candidats PLR et UDC font liste commune. Mais pas partout. Image: www.acde.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La droite plurielle semble mieux s’organiser à l’occasion de ces élections communales 2016 qu’elle ne l’a fait par le passé, en 2011. Ainsi dans la ville d’Ecublens, pour la première fois, trois PLR et un UDC veulent accéder ensemble à la Municipalité d’Ecublens ( 24 heures du 4 février). En 2011, chacun était parti de son côté, au premier comme au deuxième tour. Mais les rapports entre les représentants des deux formations ont changé et se sont apaisés, face à l’alliance du bloc de gauche et aux ambitions du groupe indépendant Forum.

On trouve d’autres alliances nouvelles entre ces deux partis pour ce rendez-vous électoral, surtout dans les villes. C’est par exemple le cas à Yverdon-les-Bains, où l’on a sur la même liste quatre PLR et un UDC, soutenus par l’UDF, un autre parti de centre droite, qui revendique des valeurs chrétiennes.

«A plusieurs reprises ces dernières années, je me suis retiré au deuxième tour au profit des PLR, explique Pascal Gafner, fer de lance UDC dans la Cité du Nord vaudois. Aujourd’hui, les choses ont changé.» Comprenez: aux yeux des libéraux-radicaux, le «candidat Gafner» a démontré une certaine respectabilité et une certaine compétence, que ne possédaient pas, selon eux, les représentants précédents. Il ajoute que les deux forces politiques se retrouvent d’accord «sur une grande majorité de sujets».

Comme à Ecublens, la gauche yverdonnoise a serré les rangs et veut prendre – ou ici rependre – le pouvoir exécutif. On signale tout de même que le Parti vert’libéral, qui s’identifie à la droite, s’il soutient les trois libéraux-radicaux, fait par contre l’impasse sur Pascal Gafner. L’étiquette blochérienne qui colle à la peau des démocrates du centre fait toujours figure d’épouvantail.

A La Tour-de-Peilz, également, un front de droite unit pour la première fois les PLR et un UDC, avec en plus un candidat PDC + Indépendants. «Lors de la dernière élection complémentaire, ils ont bien joué le jeu, analyse Kurt Egli, président du groupe PLR au Conseil communal. Et puis, au niveau local, nous n’avons aucune divergence importante et nous travaillons bien ensemble. Ce n’était pas le cas en 2011, mais les personnes qui représentaient l’UDC à cette époque ne sont plus là.» Il précise, à titre personnel, qu’il ne se retrouve pas du tout dans la ligne du parti blochérien sur des thèmes nationaux, ni même cantonaux.

Au moins quatre villes font office de contre-exemple cinglant à ce trend par ailleurs positif dans la perspective des élections cantonales de 2017 (lire ci-dessous). En effet, les listes PLR et UDC se regardent en chiens de faïence à Renens, à Prilly, à Morges et à Lausanne. A Lausanne, Henri Klunge, secrétaire général du PLR à Lausanne, explique que son parti a cherché à former «une grande alliance de droite, avec le Centre et l’UDC». Le Centre n’a pas accepté de faire front commun avec l’UDC lausannoise. Celle-ci dit avoir proposé de manière insistante une alliance avec les cousins PLR, mais elle a connu des problèmes internes qui l’ont empêchée de présenter des noms au moment crucial. «Mais la porte n’est pas fermée», ajoute Henri Klunge, faisant allusion au second tour de l’élection municipale. (24 heures)

Créé: 07.02.2016, 21h43

Articles en relation

Découvrez notre annuaire de tous les candidats aux Municipalités

Elections communales Notre plateforme permet de connaître l'âge ou le domaine d'activité des candidats aux élections du 28 février. Plus...

Des Communales aux Cantonales

Selon plusieurs acteurs de la vie politique vaudoise, il est évident qu’au moment de songer à unir les forces PLR et UDC pour les élections cantonales en 2017, le bilan des Communales viendra s’ajouter à celui des Fédérales. En plus des positions sur les sujets politiques, l’épisode du manque de soutien de l’UDC vaudoise à Olivier Français pour sa course au Conseil des Etats pèsera son poids. Même si les membres de l’UDC disent n’avoir fait qu’exprimer leur réaction face à ce qu’ils considèrent comme un certain mépris du grand frère de droite et même si certaines sections ont bel et bien soutenu le PLR et sans doute permis son élection. Pour les Municipalités et Conseils communaux du canton, les coups réussis ou pas par les deux partis dans certaines circonscriptions, dans certains cas seulement au deuxième tour, auront aussi leur importance, tout comme les positions sur des thèmes plus cantonaux que communaux. Il reste aussi à savoir si la trêve gouvernementale conclue entre les représentants PS et PLR au Conseil d’Etat, ciment du programme de législature actuel, risque de craquer face à une nouvelle alliance droitière.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...