Les bourgs vaudois perplexes face à l’arrivée des partis

ChangementEn février, dix-sept communes changent de système électoral. Les partis, tant à droite qu’à gauche, ne font pas le plein.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les jeux sont faits, rien ne va plus.» Ça y est, le délai pour déposer les listes pour les élections communales de février est tombé lundi. Résultat: des milliers de Vaudois se sont portés candidats pour près de 8000 sièges à repourvoir (lire ci-dessous). Impossible de reculer, la campagne commence.

Mais dans 17 bourgades la campagne 2016 aura un goût différent de celle de 2011. Elles passeront du système majoritaire au système proportionnel avec des listes de partis (lire ci-dessous), que 41 autres communes utilisent déjà. Dès lors, plusieurs de ces villages voient débouler des partis pour la première fois.

Seize d’entre eux sont obligés de le faire depuis que les Vaudois ont imposé aux villages de plus de 3000 habitants de passer à ce système en 2011. L’initiative avait été lancée par le Parti socialiste, soutenue par l’ensemble des partis politiques, sauf les libéraux-radicaux (PLR) et les Vert’libéraux. Yvorne est la 17e commune du groupe et a décidé elle-même de passer au système proportionnel, avec 1000 habitants.

Listes pures et alliances

Alors, les partis ont-ils réussi à s’implanter dans ces villages? Le résultat est mitigé. S’ils ont parfois des listes bien à eux, ils ont souvent dû s’allier ou se contenter de présenter des candidats encartés chez eux mais sur une liste d’entente, voire renoncer à lancer leurs propres concurrents. Au final, le PLR sera présent dans onze de ces bourgades, le Parti socialiste dans dix, les Verts dans sept et l’UDC dans six.

Faire la somme de tous les candidats dans chaque parti est une gageure. Chaque formation utilise une méthode différente, suivant qu’elle englobe ou non les communes à la proportionnelle et à la majoritaire. Ainsi, le PLR annonce environ 1500 candidats dans les Conseils élus à la proportionnelle et 160 candidats dans les municipalités.

Le PS estime ses candidats à plus de 1000 aux Conseils communaux et 93 aux municipalités. L’UDC revendique 510 concurrents pour 37 Conseils communaux et 53 pour les municipalités de 32 villes et villages. Les Verts présentent 315 candidats dans les communes à la proportionnelle, dont une vingtaine dans les communes qui changent de système, ainsi que 20 aux municipalités.

«Il faut bien voir que nous partions de zéro dans la plupart des cas»

Les socialistes, les Verts et l’UDC misaient beaucoup sur ce changement de règle pour faire leur place en campagne. Le pari semble perdu pour 2016. Tous annoncent qu’ils feront mieux aux élections de 2021, quand ces villages se seront habitués au jeu de la politique partisane. «Il faut bien voir que nous partions de zéro dans la plupart des cas. Ce n’est pas évident, mais nous sommes contents du résultat», note Gaétan Nanchen, le secrétaire général du PS.

Pour Martial de Montmollin, le président des Verts, il ne faut pas y voir un échec campagnard du message des partis, notamment de gauche. «Nous savons que nos thèmes passent aussi à la campagne, commente-t-il. Nous avons un discours tourné sur l’agriculture, la défense du paysage et l’alimentation, qui fait mouche dans les zones rurales.»

Effet Parmelin

A l’UDC, son secrétaire général, Kevin Grangier, fait partie des plus enthousiastes. Il dit remarquer un effet Guy Parmelin, qui motiverait les candidats après l’élection de l’agriculteur vaudois au Conseil fédéral. «Auparavant, les gens hésitaient à s’engager sur une liste UDC, remarque-t-il. Nous avons désormais passé un cap après avoir été diabolisés durant de longues années.»

Du côté du PLR, créer des listes dans ces fameuses 17 bourgades n’était pas couru d’avance pour un parti qui avait lutté contre cette révolution. «Nous aurions voulu mettre sur pied davantage de listes, reconnaît son président, Frédéric Borloz. Mais le résultat est positif.» Et petite pique à l’intention de la gauche: «Si l’objectif des autres partis n’est pas atteint, c’est la preuve que leur intention n’était pas saine en voulant révolutionner le système.»


Plus de 8000 élus à désigner

Aujourd’hui, un Vaudois sur 100 est membre d’un Conseil communal. On compte en effet 8032 conseillers communaux dans le canton, selon les listes établies par le Service des communes. Mais ils seront plus nombreux au soir des élections du 28 février. Comment? Au fil des fusions et des décisions des communes elles-mêmes, le chiffre évolue d’une élection à l’autre. Le total des postes à pourvoir en février atteindra 8112 sièges.

Ces élus ne sont de loin pas tous désignés au système proportionnel, c’est-à-dire sur des listes de partis ou de groupements. Au total, seuls 2790 conseillers communaux l’ont été à la proportionnelle – pour 4126 candidats –, selon les calculs effectués en 2011 par le service cantonal Statistique Vaud. Sur ce chiffre, environ 2300 étaient affiliés à un parti, comme le publiait 24 heures à ce moment-là. Quant au nombre total de candidats aux Conseils communaux – à la proportionnelle ou à la majoritaire –, il était de 10 352 concurrents en 2006, selon Alexandre Oettli, de Statistique Vaud.

Et quel est le nombre total de Vaudois membres d’une autorité communale? Impossible de le savoir. Dans les villages de moins de 1000 habitants, la grande majorité sont dotés d’un Conseil général, ouvert à tous et sans élection. «En 2015, 153 villages avaient un Conseil général», explique Brigitte Dind, secrétaire générale de l’Union des communes vaudoises (UCV). Soit la moitié des 318 villes et villages du canton.

Créé: 11.01.2016, 21h22

Le scrutin proportionnel

Désormais, dans le canton de Vaud, toutes les communes comptant plus de 3000 habitants doivent adopter le système proportionnel pour l’élection de leur personnel politique. Les Vaudois en ont décidé ainsi à plus de 60%, le 4 septembre 2011, en acceptant l’initiative parlementaire de la socialiste Cesla Amarelle.

Le système proportionnel amène l’électeur à se déterminer sur des listes de partis comportant le nom des candidats. La répartition des sièges se fait alors proportionnellement aux suffrages recueillis par chaque liste. Cette manière de faire a pour but d’améliorer la représentation des diverses opinions politiques.

Les communes qui doivent changer de système électoral pratiquaient jusqu’à maintenant l’élection majoritaire. Contrairement à la proportionnelle, le mode de scrutin majoritaire recourt à une liste d’entente accueillant tous les candidats. Leur élection se fait selon le score qu’ils obtiennent individuellement.

Articles en relation

L’UDC, mastodonte fédéral, doit transformer son image locale

Les partis en route pour les communales (2/6) L’UDC Vaud a vu bondir ses résultats communaux en 2011. Après un été pourri, le parti parviendra-t-il à redorer son blason? Plus...

A Yverdon, un ex-libéral joue les trouble-fête

Elections communales Le dépôt des candidatures dans le Nord vaudois n'a guère réservé de surprise de dernière minute, hormis dans le chef-lieu où Marc Guignard a choisi de se présenter à la Municipalité. Plus...

La course aux Exécutifs est lancée dans la Broye

Communales 2016 Un candidat-surprise pour l’UDC à Moudon et le PS en sous-effectif à Payerne. Plus...

Les candidats dans les communes du Gros-de-Vaud

Élections communales Passage en revue de la situation, commune par commune au fil de leur arrivée après la fin du délai de dépôt des listes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.