La caravane de «24 heures» à la rencontre des Vaudois

Elections communalesLa campagne pour les élections du 28 février débute symboliquement lundi avec le dépôt des listes de candidats. Votre quotidien se met en quatre pour la couvrir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les derniers auront encore le temps de se décider ce matin. Mais, à midi, le délai du dépôt des listes pour les élections communales du 28 février sera échu.

Comme il y a cinq ans, des milliers de candidats proposent aujourd’hui de participer à la vie de leur commune, voire d’en prendre les rênes. La course au siège sera une épopée pour certains, une promenade de santé pour d’autres. Dans de nombreux villages, les prétendants se sont fait prier avant de figurer sur la liste. Mais dans les plus grosses bourgades ou les villes, les places sont chères.

La campagne durera sept semaines. Durant tout ce temps, les candidats vont s’affronter sur les questions financières et de développement, sous le regard parfois goguenard des administrés. Mais il y aura aussi tout l’intérêt que suscitent les débats d’idées.

Cette campagne, 24 heures va la couvrir au plus près des citoyens afin de cerner leurs attentes et de présenter les candidats qui s’offrent à eux tout en décryptant les enjeux du scrutin.

Nous irons ainsi à la rencontre des Vaudois au moyen d’une caravane qui sillonnera le canton. Des moments d’échange que nous vous raconterons dans nos pages. Mais aussi sur le Net, puisque la campagne sera particulièrement présente sur les écrans. Que cela soit sur notre site Internet ou sur nos applications mobiles, mais aussi dans votre salon grâce à notre collaboration avec La Télé.

Découvrez ici le menu en quatre plats que nos équipes vous ont concocté:

La caravane des élections

C’est une véritable petite rédaction mobile que 24 heures va envoyer sur les routes du canton. En douze étapes de deux jours (voir carte ci-dessus), les localiers qui s’y succéderont prendront le pouls des communes, des régions. Nous vous invitons à venir nous y rencontrer, pour partager votre vision de la politique locale et vos attentes vis-à-vis de vos futures autorités.

Au terme de chacune de ces étapes, un débat sera organisé avec les candidats à l’Exécutif local. Une occasion rêvée de les questionner, de découvrir leur programme, de les mettre sur le gril.

Internet offrira également la possibilité de dialoguer avec ceux qui briguent un siège à la Municipalité. La caméra de notre équipe Web ira capter les envies de changement exprimées par la population, même les plus folles. Ces vidéos, parfois un brin décalées, seront postées sur notre site. Une page Facebook permettra enfin d’interpeller directement les candidats sur des sujets locaux. Qui profiteront de cette plate-forme pour faire valoir leurs arguments.

Suivez la caravane 24heures! Si vous êtes sur mobile, cliquez ici

Tous sur 24 heures.ch

Outre notre action sur les réseaux sociaux, nous allons offrir un outil numérique permettant de découvrir tous les candidats aux Exécutifs de ce canton. Cette plate-forme, disponible sur notre site Web et également compatible avec les mobiles, permettra de rechercher les postulants non seulement par commune, mais aussi par nom, par parti, par profession et au moyen d’autres critères encore. Une carte interactive du canton complétera le dispositif.

Ce formidable moteur de recherche sera mis en ligne le 22 janvier prochain.

Un supplément complet

Cette opération numérique ne nous fera pas oublier nos lecteurs qui restent fidèles à la version papier de 24 heures.

La campagne sera évidemment couverte au jour le jour dans nos colonnes, au gré de l’actualité, mais aussi via des portraits, des décryptages ou encore le traitement d’informations statistiques. Nos équipes locales, dans leurs régions respectives, mettront tout en œuvre pour permettre aux électeurs de faire leur choix en connaissance de cause.

Avec l’aide des communes, nous publierons début février un supplément présentant tous les candidats aux Exécutifs de ce canton. Ils sont près de 2000! Cette impressionnante galerie de portraits sera enrichie d’une présentation des enjeux politiques dans les plus grandes communes, notamment au niveau de la composition de leur Conseil communal.

Jusque dans votre salon!

La meilleure manière de jauger un candidat, c’est encore de l’écouter lorsqu’il précise et développe ses intentions. Dans les grandes communes, il est parfois difficile d’entrer en contact direct avec les candidats. Nous allons donc le faire pour vous. Avec notre partenaire La Télé, nous organisons huit débats télévisés mettant aux prises les candidats aux Municipalités des plus grandes villes du canton (dates ci-contre). Le chef-lieu aura même droit à un neuvième débat axé sur les enjeux du Conseil communal, avec les présidents des différents partis en lice.

Les journalistes spécialisés des deux rédactions mettront ainsi les prétendants sur le gril, sans langue de bois.

Pour 24 heures, la couverture de cette campagne est un défi à la hauteur des enjeux qui attendent les futurs édiles ces cinq prochaines années. Et ils sont nombreux. Six élus et observateurs de la politique communale nous livrent leur vision des principaux défis à relever pendant cette législature (lire ci-contre). Ils touchent autant aux prestations à offrir aux citoyens qu’aux réflexions à mener sur le rôle et le fonctionnement des autorités.


Quels défis attendent les nouvelles Municipalités?

La conseillère d’Etat Béatrice Métraux Cheffe du Département des institutions et de la sécurité

«Anticiper les difficultés»

Le renouvellement des autorités constitue un défi en soi pour certaines communes. Plus la campagne et les élections seront participatives, plus elles feront naître des vocations et des autorités motivées. Nous avons besoin de communes fortes dans l’optique de consolider leurs finances pour faire face aux enjeux qui les attendent: en termes de développement d’infrastructures (notamment scolaires, crèches ou logements), pour répondre aux défis environnementaux (protection du paysage, des eaux), de planification du territoire ou encore en matière énergétique ou de sécurité. Pour y parvenir, les réflexions sur les collaborations intercommunales pouvant aller jusqu’à la fusion doivent se poursuivre. Le but étant pour les communes non seulement de posséder les institutions leur permettant de répondre aux besoins de la population et à l’évolution de la démographie, mais également de représenter des partenaires importants dans le cadre de leur autonomie face à l’Etat. Dans le contexte économique actuel, il s’agit aussi pour elles d’anticiper les difficultés au moyen de collaborations, d’échanges et d’un partenariat solide et paisible.»

La présidente de l’UCV Claudine Wyssa Députée PLR et syndique de Bussigny (8200 hab.)

«Gérer le vieillissement»

Les Municipalités devront continuer à s’adapter aux changements de mode de vie de la population. Car – j’en suis de plus en plus convaincue – les réponses aux phénomènes globaux (ralentissement de l’économie, augmentation du nombre des divorces ou le fait que les deux parents travaillent) doivent principalement être apportées au niveau local. Les préoccupations des citoyens sont toujours très concrètes: Vais-je trouver un appartement? Où puis-je placer mon enfant? Un des prochains grands défis – dont on a peu parlé jusque-là – sera aussi le vieillissement de la population, et les besoins en structures pour accueillir les personnes âgées. Les Municipalités devront donc toujours plus anticiper et mettre en place de véritables stratégies. Mais cela demande des compétences et du temps, ce dont disposent les jeunes retraités, que l’on retrouve donc de plus en plus souvent à ces postes. Une bonne chose, par l’expérience dont ils peuvent faire bénéficier la collectivité. Mais il faut aussi des jeunes, pour leur capacité à se projeter dans l’avenir et leurs compétences à manier les outils technologiques modernes.»

La syndique Marianne Huguenin Syndique de Renens (20'300 hab.), qui ne se représente pas

«Eviter la perte de maîtrise»

Pour une ville comme la nôtre et un certain nombre de communes, le grand défi sera d’arriver à garder la tête hors de l’eau financièrement. Les communes sont au bas de l’échelle des reports de charges, alors que les besoins sont très importants. Sur le plan social, avec les manques à combler en matière d’accueil pré- et parascolaire, mais aussi en logements ou en transports publics, sans oublier la culture. La nouvelle réforme de la fiscalité des entreprises va amplifier les difficultés, même si la renégociation de la péréquation intercommunale peut améliorer la situation. A Renens, nous sommes particulièrement vulnérables de par la structure de notre population et notre taux d’imposition déjà élevé. L’autre enjeu fort, pour tous, résidera dans les collaborations intercommunales. Leur diversité et leur multiplication rendent toujours plus difficile la tâche des élus, multiplient les séances et engendrent un vrai problème de perte de maîtrise. La seule solution pour éviter cela réside dans les fusions, mais toucher à cela est politiquement fort complexe!»

Le syndic Gérald Vallélian Syndic de Saint-Saphorin, en Lavaux (378 hab.)

«Investir malgré le contexte»

Comme beaucoup de petites communes, nous devrons affronter des problèmes de financement. Même si nous avons encore des réserves, nous sortons de plusieurs années de déficit et l’on se rend compte que cela devient structurel. Malgré cela, nous allons devoir procéder à des investissements importants. Pour répondre aux nouvelles exigences scolaires, nous sommes en train de construire un collège avec quatre communes voisines. Nous devrons aussi réaménager les 800 mètres de route cantonale en traversée de localité remis par le Canton, quand bien même 99% des utilisateurs n’ont rien à voir avec notre village. Enfin, nous devrons repenser dans sa globalité notre politique de mobilité et, surtout, de parcage. Nous constatons une augmentation régulière du nombre de visiteurs alors que nous n’avons que très peu d’infrastructures pour les accueillir. La répartition des charges entre Canton et communes constituera donc un des grands défis de la prochaine législature. Il faudra que chacun fasse preuve d’ouverture car, finalement, on se sert toujours dans le même porte-monnaie.»

Le syndic Gérald Cretegny Député PDC Président de Régionyon et syndic de Gland (12 500 hab.)

«Maîtriser les réseaux sociaux»

Les nouveaux élus devront impérativement apprendre à utiliser les réseaux sociaux. Même si les gens utilisent massivement leur droit d’abstention lors des élections, ils restent très intéressés à la vie de leur commune et ont envie de débattre. Le problème est que, avec l’évolution des technologies, le débat ne se fait plus dans les lieux et avec les moyens traditionnels. Or, si les autorités ne sont pas présentes dans ces nouveaux lieux, le risque est grand de voir se former des fronts très durs, qu’il n’est plus possible de faire bouger par la suite. L’application de la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire constituera l’autre grande priorité. Mais, alors qu’on nous presse d’aller le plus vite possible pour sortir du moratoire, nous nous trouvons en plein brouillard, qui plus est souvent avec des dossiers très complexes. Je crains aussi que la volonté justifiée de protéger la campagne du bétonnage ne fasse finalement grimper les prix et ne renvoie les populations à bas revenus vers les villes, avec pour conséquence ensuite un nouveau bras de fer financier entre ville et campagne.»

L’historien politique Olivier Meuwly

«Repenser rôles et fonctions»

Nous vivons une époque charnière. Les communes et, aux premières loges, les Municipalités sont confrontées à une double ambiguïté. Elles occupent d’abord une position charnière – intéressante mais inconfortable – entre l’ancrage local, encore très vivace, et la globalisation générale. Mais les Exécutifs sont aussi pris en tenaille entre le fort attachement des citoyens à leur commune – les échecs de plusieurs projets de fusion l’ont prouvé – et la judiciarisation de la société. Le temps du syndic tout-puissant ou du municipal facteur ou concierge est heureusement révolu, mais se pose désormais le problème du recrutement. Les communes restent donc un laboratoire de premier ordre pour réfléchir à l’avenir de tout notre système de milice. Les associations de communes, les Municipalités, mais aussi chaque élu à son échelon doivent repenser leurs rôles et leurs fonctions. Cela se matérialise déjà lors des débats sur la rétribution des élus. Mais d’autres pistes sont parfois évoquées comme la professionnalisation des fonctions, l’obligation d’obliger les gens à accepter une élection ou même des tirages au sort.»

Propos recueillis par S.MR

Créé: 11.01.2016, 06h42

Articles en relation

Les dates des débats télévisés

Lausanne 20 janvier(Conseil communal)

Yverdon 21 janvier

Montreux 22 janvier

Vevey 3 février

Nyon 4 février

Pully 5 février

Renens 10 février

Morges 11 février

Lausanne 12 février(Municipalité)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.