Une commune sur dix manque de candidats

Elections communales 2016Dans une trentaine de villages, les prétendants à la Municipalité sont moins nombreux que les places à prendre. Les raisons? Manque de vocations et traditions.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Dis, tu ne voudrais pas venir à la Municipalité? On manque de candidats.» C’est la question qui circule dans 34 villages à six semaines des élections communales du 28 février. C’est-à-dire dans une commune vaudoise sur dix. En effet, ces localités – principalement situées dans l’arrière-pays, pour une majorité dans le district du Jura-Nord vaudois – ont moins de candidats sur leurs listes officielles que de places à prendre dans leurs Municipalités.

Et pourtant, les chiffres donneraient presque le tournis. Au total, ce sont 1936 Vaudois qui se présentent aux Municipalités pour ces élections, dont 40% sont des nouveaux candidats. Comment le sait-on? Grâce à l’enquête menée par 24 heures auprès de l’ensemble des communes et disponible sur notre site (à consulter ici).

Quelques villages sortent du lot, car ils n’ont tout bonnement aucun candidat officiel. Parmi eux: Rossenges (70 habitants) ou Champtauroz (150 habitants), tous deux dans le district de Broye-Vully. Leurs électeurs recevront un bulletin de vote vierge. Pourquoi? «C’est la tradition. Tout ça se répète dans le village et tout le monde sait qui s’intéresse à rempiler ou à entrer à la Municipalité, explique Yannick Gauthey, le syndic de Rossenges. Nous voulons garder une vie simple. Nous comptons quatre grandes familles et chacune compte périodiquement un représentant au sein de la Municipalité.»

A Champtauroz, la Commune a affiché sur le pilier public les noms des municipaux qui sont d’accord de rempiler. Sa syndique, Nicole Gesseney, ajoute: «Presque toutes les maisons ont fourni un municipal ou un président du Conseil général. La marche du village est l’affaire de tous.»

Souvent des complémentaires

Autre phénomène qui ressort de notre enquête: le canton a connu 314 élections complémentaires durant la législature, ce qui veut dire que presque autant de municipaux ont quitté leur job en cours de route. Soit en moyenne un par commune. Record absolu: La Chaux (422 habitants, dans le district de Morges), avec huit complémentaires pour cinq sièges, où la Municipalité a connu des guerres de personnes.

Autre commune avec un grand nombre de complémentaires: Borex (919 habitants, dans le district de Nyon), avec quatre complémentaires pour cinq sièges. Là aussi, c’est une habitude villageoise, une façon de passer le flambeau. Au lieu que le syndic et les municipaux partent tous lors des élections, ils attendent quelques années pour former les nouveaux venus, qui pourront à leur tour accueillir d’autres collègues. «C’est un métier qui s’apprend sur le tas et moi-même je quitterai mon poste en cours de législature pour passer les clés», explique le syndic, Jean-Luc Vuagniaux.

Derrière ces cas atypiques, le manque de candidats est la conséquence dans certaines communes d’une vraie baisse des vocations. Là, les syndics et municipaux en sont réduits à espérer qu’un candidat non officiel sorte du bois d’ici au 28 février, ou alors à faire du porte-à-porte à la recherche de la perle rare. Dans certains cas, certains élus seront «forcés» – sous la pression du vote populaire – à accepter une élection dont ils ne voulaient pas.

Jean-Marc Ballif, syndic de Cuarny (200 habitants dans le Jura-Nord vaudois), en sait quelque chose: «Lors d’une complémentaire, j’avais dû aller chercher 14 personnes! se souvient-il. C’est dommage, car le vote manuscrit disperse les voix.»

La plupart des syndics – qui tous disent adorer leur job – mettent l’accent sur la charge de travail de plus en plus lourde, qui décourage les potentiels candidats. Pour le syndic de Grancy (388 habitants dans le district de Morges), il faut être «un peu masochiste» pour accéder à la Muni. «C’était une position enviée que d’être municipal, rappelle Olivier Devantay. Maintenant c’est une position redoutée. Il y a davantage de tâches administratives à faire. Les gens ont plus de revendications par rapport au service public.»

Les solutions sont diverses: revalorisation de la fonction, augmentation de la rémunération selon les cas, sensibilisation des employeurs, voire fusion. Mais là, c’est une autre paire de manches, alors qu’un certain nombre de projets ont échoué.

Difficile de refuser

A la tête de l’Union des communes vaudoises (UCV), Claudine Wyssa reste serei­ne face à ces manques de candidats. Le chiffre de 34 villages représente environ 15% des petites communes, rappelle-t-elle. «Il est rare qu’un élu refuse son élection car il n’était pas candidat, ajoute celle qui est également députée libérale-radicale au Grand Conseil et syndique de Bussigny. Le système force un peu les gens et les mets devant leurs responsabilités.»

Créé: 22.01.2016, 06h43

Vous êtes candidat?

Si vous souhaitez nous faire parvenir une photo, nous transmettre une information ou un correctif, vous pouvez contacter notre rédaction par e-mail à l’adresse info.lecteur@24heures.ch. «24 heures» publiera le 5 février un cahier spécial présentant les enjeux des élections et les portraits de tous les candidats, tels que présentés dans notre répertoire en ligne.

Articles en relation

Découvrez notre annuaire de tous les candidats aux Municipalités

Elections communales Notre plateforme permet de connaître l'âge ou le domaine d'activité des candidats aux élections du 28 février. Plus...

Les quatre gros enjeux de la législature à Lausanne

Elections communales Après la planification, place à la gestion des changements annoncés. Plus...

A Payerne, la qualité de vie paie le prix de la croissance

Elections communales Auréolé d’un dynamisme enviable, le chef-lieu devra désormais réussir son passage dans la catégorie des grandes villes. Comment y parvenir sans perdre son identité? Plus...

Yverdon doit gagner le pari d’une croissance maîtrisée

Elections communales L’essor de la ville ne doit pas péjorer la qualité de vie des habitants. Plus...

La course aux Exécutifs est lancée dans la Broye

Communales 2016 Un candidat-surprise pour l’UDC à Moudon et le PS en sous-effectif à Payerne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.