Les communes lâchent du lest face aux éducatrices

Accueil parascolaireDepuis la grève de la fin de l’année, les négociations ont duré quatre mois. Les revendications des syndicats et des parents ont été en grande partie entendues.

La mobilisation de novembre dernier avait réuni 8000 personnes à Lausanne, pour un défilé monstre après une journée de grève dans de nombreuses structures d'accueil.

La mobilisation de novembre dernier avait réuni 8000 personnes à Lausanne, pour un défilé monstre après une journée de grève dans de nombreuses structures d'accueil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est la conséquence de la grève des éducatrices de l’enfance et de la manifestation monstre qui avait réuni 8000 personnes à Lausanne en novembre dernier. Ce jeudi, les communes et le Collectif parascolaire annoncent qu’ils ont trouvé un accord sur les normes de l’accueil parascolaire, pour les enfants de 4 à 12 ans. Résultat: les revendications des syndicats et des parents ont été grandement entendues.

Le projet prévoyait notamment d’augmenter le nombre d’enfants dans les groupes. Mais la hausse sera plus restreinte que prévu. Ainsi les plus petits (1-2P, 4 à 6 ans) resteront 12 par groupe, comme aujourd’hui et comme l’imaginait le projet de l’EIAP. Les 3P et 4P resteront aussi à 12, au lieu de monter à 15.

Les 5P et 6P, eux, passeront tout de même de 12 à 15. Quant aux plus grands (7P et 8P, 10-12 ans), ils seront 18 dans les groupes au lieu de 15 aujourd'hui, mais non pas 20 comme l'imaginait l'EIAP pendant un temps.

Moins d'auxiliaires sans formation

Syndicats et parents accueillent néanmoins la nouvelle avec satisfaction. Car, certes, la taille des groupes augmente pour les enfants les plus grands, mais la proportion de professionnelles augmente également au sein des équipes éducatives. Le projet des communes prévoyait en effet de les réduire, au profit des auxiliaires sans formation.

Ainsi, l'idée de pouvoir employer uniquement des auxiliaires pour les repas et les trajets entre l'école et la structure d'accueil passe à la trappe. Idem pour un certain nombre de dérogations possibles sur le nombre d'enfants. Et enfin, pour les autres moments de la journée, la proportion de professionnelles atteindra au minimum 50% dans les équipes éducatives, alors que le projet n'en prévoyait parfois qu'un quart.

Le communiqué diffusé ce jeudi matin et signé par l'ensemble des participants aux négociations indique d'ailleurs sur ce point qu'il s'agit d'«un taux d’encadrement défini sur le principe de primauté des professionnels».

Des intérêts différents

«Les discussions ont abouti à des propositions concrètes qui tiennent compte des différents intérêts en présence à ces négociations (les enfants, les parents, les communes et les professionnels de l’éducation)», indique ce même communiqué.

Créé: 28.03.2019, 09h23

Articles en relation

Syndicats et parents satisfaits pour l'avenir du parascolaire

Social Opposé au premier projet des communes, le Collectif parascolaire se réjouit de voir la proportion d’éducatrices professionnelles grimper. Plus...

Les pédiatres soutiennent les éducatrices de l’enfance

Les médecins s’opposent aux nouvelles normes des communes pour l’accueil parascolaire. Les conséquences peuvent être «délétères» sur la santé des enfants. Plus...

«Il y a un gros malentendu sur les futures normes du parascolaire»

Accueil de l'enfance Après leur grève en novembre, les éducatrices de l’enfance se sont mobilisées lundi. Les communes ont joué l’apaisement. Plus...

D’ici à 2030, il faudrait 28’000 places d’accueil en plus pour les enfants

La Fondation pour l’accueil de jour publie une étude statistique sur les besoins des familles. La hausse idéale atteint 148% Plus...

[VIDÉO] Les parents solidaires de la grève des éducatrices

Social Quelque 8'000 manifestants ont défilé mardi à Lausanne. Entre un tiers et la moitié des parents lausannois ont suivi les demandes du personnel en cherchant d’autres solutions de garde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.