La confrérie mouride se fait une place dans l’Islam vaudois

Nos spiritualités méconnues (3/5)Puissante au Sénégal, où elle compte près de 3 millions d’adeptes, cette voie soufie à la spiritualité toute particulière développe depuis peu ses institutions dans le canton et en Suisse.

Bamba Sow (en jaune) conduit une séance de prière dans son appartement à Gimel.

Bamba Sow (en jaune) conduit une séance de prière dans son appartement à Gimel. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Gimel, un samedi en fin d’après-midi. Dans son salon, Bamba Sow se prépare à accueillir une réunion spirituelle mêlant prières et récitations de poèmes, mais aussi quelques discussions animées. Vêtu d’un impeccable caftan jaune, le nez chaussé de petites lunettes, ce cinquantenaire est l’un des dignitaires de la confrérie mouride dans le canton de Vaud.

Une microcommunauté

Au Sénégal, les musulmans adeptes de cette forme de soufisme – le mouridisme – forment une communauté particulièrement puissante (lire encadré): ils seraient environ trois millions sur une population totale de plus de 15 millions d’habitants. Mais en terres vaudoises, leur présence est plus que discrète. «Nous devons être à peu près 150», évalue Bamba Sow. Autrement dit, près de la moitié des 330 Sénégalais officiellement répertoriés dans le canton, tout de même.

Ce jour-là, ce père de famille qui travaille dans le domaine de la sécurité reçoit chez lui les membres du dahira de Lausanne, un cercle rassemblant les mourides parmi les plus investis au sein de la confrérie. «En principe, nous sommes environ une vingtaine à nous réunir tous les mois. Aujourd’hui, c’est un peu spécial, car une dizaine d’entre nous sont au Sénégal pour un pèlerinage», s’excuse-t-il. Il explique que les dahira sont l’une des institutions de la confrérie mouride, que l’on retrouve aussi bien au Sénégal que dans la diaspora. Et s’il en existe déjà dans plusieurs cantons suisses, notamment Genève, Bâle, Zurich ou Berne, il a cofondé le premier dahira vaudois il y a à peine quatre ans.

Pourquoi si récemment? «Auparavant, il n’y avait pas assez de monde», croit-il savoir. Puis il y a eu la crise: «Ces dernières années, après 2008, plusieurs Sénégalais sont venus d’Espagne et d’Italie pour s’installer en Suisse.» Cheikh Sylla, qui préside actuellement le dahira, abonde: «C’est mon cas. J’ai vécu vingt-cinq ans en Espagne, mais il a fallu partir, car il n’y avait plus de travail.» Comme Bamba Sow, ce père de famille installé à Sainte-Croix assume depuis lors plusieurs fonctions religieuses auprès de la communauté mouride locale, lors des naissances et des décès notamment. Et pourtant, ils ne sont pas imams, mais dieuwrignes, autrement dit responsables spirituels du dahira.

Un islam différent

Comme les autres formes de soufisme, le mouridisme se distingue des courants majoritaires de l’islam à plus d’un titre. Bamba Sow ne s’en cache pas. «Le fait d’avoir un leader nous distingue radicalement de l’islam saoudien, par exemple. Pour les wahhabites, il ne peut y avoir d’intermédiaire entre Dieu et les hommes. En revanche, toutes les confréries soufies ont un dirigeant.» Depuis Touba, ville sainte des mourides au Sénégal, la confrérie est conduite par un calife qui descend en droite ligne du fondateur de la confrérie, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Bamba Sow résume: «Les dieuwrignes sont les intermédiaires entre les mourides et leur cheikh. Le cheikh, lui, est l’intermédiaire entre les mourides et Dieu.»

Mais les différences avec les autres courants musulmans ne s’arrêtent pas là. Parmi les premiers arrivés ce soir-là, un homme se distingue. Rapidement, il s’affaire pour mettre en place de quoi accueillir les autres participants: des bouteilles d’eau et des cacahuètes d’abord, puis viendront les pâtisseries et le café aux épices, aussi sucré que fumant. «C’est du café Touba», sourit-il. Autour du cou, il porte une photographie du fondateur du mouridisme, et ses cheveux coiffés à la façon des rastafaris sèment le trouble. «C’est un baye fall», explique Bamba Sow. Au sein de la confrérie, ce sont des hommes, mais aussi des femmes, dont la vocation est toute particulière, et leur coiffure n’a rien à voir avec la Jamaïque. Contrairement aux autres mourides, ils ne sont astreints ni aux cinq prières quotidiennes ni au jeûne du Ramadan, deux des cinq piliers de l’islam. Au lieu de cela, ils pratiquent une forme d’ascèse en se dédiant à la communauté par le biais de multiples travaux. «C’est une voie de simplicité, explique le jeune homme, qui précise être marié et travailler comme éducateur. On ne décide pas de la suivre. C’est un appel que j’ai reçu quand j’étais très jeune. Un jour, j’ai dit à mes parents: je suis baye fall.»

Fédération naissante

Bamba Sow ne cache pas que cette facette du mouridisme crispe certains musulmans rigoristes. Mais les divergences avec les autres courants de l’islam n’empêchent pas les mourides de fréquenter les mosquées vaudoises, faute d’avoir la leur. La plupart des réunions du dahira se déroulent ainsi au Centre culturel musulman de Prilly. Et des fidèles mourides se rendent également à la mosquée de Lausanne, connue pour sa ligne stricte. «On ne dit pas forcément qu’on est mourides. On vient prier et on s’en va.» En dehors des mosquées, le cercle du dahira permet à la spiritualité mouride de se déployer sans contrainte et selon ses propres règles. Dans le petit appartement de Gimel, la réunion commence par une prière en direction de la Mecque, s’interrompt par un moment de discussion, avant de se poursuivre par une récitation de poèmes écrits par Ahmadou Bamba. Une fois terminée, la cérémonie laisse la place à un vif débat en langue wolof: une fédération rassemblant les différents dahira de Suisse est en train de se constituer. «Cela doit permettre de créer ou d’acheter un lieu pour la communauté mouride», explique Bamba Sow. Le projet, qui pourrait mêler centre culturel et espace de prière, prendra sans doute des années à se concrétiser. En attendant, la première assemblée générale de la fédération est prévue dans quelques semaines. (24 heures)

Créé: 18.04.2019, 09h24

Série spéciale

Retrouvez notre série de reportages sur spiritualite.24heures.ch

Une voie soufie née durant le XIXe siècle colonial

Présent en Afrique de l’Ouest à travers diverses confréries, le soufisme est une voie mystique et initiatique de l’islam. La confrérie mouride a été fondée par Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, dont la figure vêtue d’un caftan et d’un turban blancs domine le salon de Bamba Sow. La grande photographie en noir et blanc serait la seule connue du saint homme, né en 1853 et disparu en 1927.

Celui-ci a initié son mouvement dans un Sénégal alors sous domination coloniale française. Perçu comme une menace, il est déporté au Gabon en 1895 et passe plus de sept ans en exil avant de revenir au pays. Il est le fondateur de Touba, qui deviendra la ville sainte du mouridisme et un important lieu de pèlerinage musulman en Afrique. Chaque année, le magal, la plus importante fête religieuse mouride, y attire des centaines de milliers de personnes.

Après la mort d’Ahmadou Bamba, la confrérie mouride continuera d’étendre son influence dans la société sénégalaise sous la conduite d’une dynastie de sept califes, composée de ses fils et de ses petits-fils. Le poids de la confrérie dans la vie politique et économique du pays est aujourd’hui conséquent, tout comme celui de la Tijaniyya, une autre confrérie soufie comptant des millions de fidèles dans le pays.

Articles en relation

Nos spiritualités méconnues

Série spéciale Selon un récent recensement, le Canton de Vaud compte près de 800 communautés spirituelles. 24 heures est allé à la rencontre de neuf d'entre elles. Plus...

Les orthodoxes serbes se créent une chapelle à eux

Nos spiritualités méconnues (2/5) Les rites chrétiens d’Europe de l’Est s’épanouissent en terres vaudoises à travers plusieurs communautés, dont celle des Serbes. Une paroisse active, qui plante ses racines à Épalinges. Plus...

Le panthéon hindou habite un ancien entrepôt à Prilly

Nos spiritualités méconnues (1/5) Un temple dédié au dieu Ganesh a été fondé y a près de vingt ans par la communauté sri lankaise. Il accueille les rituels complexes de l’hindouisme deux fois par semaine. Plus...

La messe érythréenne transfigure le temple de Chailly

Nos spiritualités méconnues 4/4 Les chrétiens orthodoxes d’Erythrée forment une communauté soudée dans le canton. 200 personnes assistent chaque dimanche à une liturgie qui transporte tout droit en Afrique. Plus...

800 communautés spirituelles

C’est un chiffre que l’on n’imaginait sans doute pas. Il existe dans le canton de Vaud près de 800 communautés spirituelles, autrement dit, des groupes de personnes qui se rassemblent en un même lieu pour pratiquer leur foi, donner corps à leurs croyances. En octobre dernier, le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC) présentait ce recensement inédit sur mandat de l’État de Vaud. «24 heures» est allé à la rencontre de certaines de ces communautés, parmi les moins connues en terres vaudoises.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.