Le Conseil d’État divisé sur les soins dentaires

VotationLe gouvernement précise qu’il n’appellera les Vaudois ni à accepter, ni à refuser l’initiative pour une assurance obligatoire des frais de dentiste.

La minorité de droite du Conseil d'Etat ne rejoint pas la position de Pierre-Yves Maillard, qui soutient finalement l'initiative pour une assurance des soins dentaires.

La minorité de droite du Conseil d'Etat ne rejoint pas la position de Pierre-Yves Maillard, qui soutient finalement l'initiative pour une assurance des soins dentaires. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pierre-Yves Maillard l’avait laissé entendre plusieurs fois à la fin de l’année dernière. Si la droite coulait son contre-projet à l’initiative pour le remboursement des soins dentaires (ce qu’elle, finalement, fait), le Conseil d’État pourrait soutenir l’initiative elle-même. Mais en fait le gouvernement n’émettra aucun avis sur ce texte soumis en votation le 4 mars, comme il l’a annoncé jeudi dans un communiqué.

Pourquoi? Parce qu’il est divisé sur la question, alors qu’il s’engage traditionnellement si ses membres sont unanimes. Pour le coup, les quatre ministres de gauche soutiennent l’initiative dans le but de «régler concrètement les difficultés d’une part croissante de la population à accéder à des soins indispensables». Et le Conseil d’État ajoute: «Une minorité de ses membres ne s’est pas ralliée à cette décision, en raison du coût que représente l’initiative pour le monde de l’économie et du prélèvement sur les salaires qu’elle entraîne.»

Dès lors, par principe de collégialité, «les conseillers d’État ne prendront pas une part active à la campagne», ajoute le communiqué. D’autant plus que le Grand Conseil s’est prononcé contre l’initiative. Mais cela ne signifie toutefois pas que Pierre-Yves Maillard soit muselé. En effet «le conseiller d’État Pierre-Yves Maillard répondra factuellement aux questions des médias en sa qualité de chef du Département de la santé et de l’action sociale, porteur du dossier», ajoute le communiqué.

L’initiative avait été déposée en 2014 avec plus de 15 000 signatures valables par une coalition de partis de gauche, de syndicats et d’associations. Elle est combattue par la droite, les dentistes et les organisations patronales. (24 heures)

Créé: 18.01.2018, 18h01

Articles en relation

Début de campagne tendu pour les dentistes et leurs alliés

Votation Les opposants à l’initiative de la gauche sur les soins dentaires ont lancé leur campagne avec un discours surtout économique. Les dentistes devront ouvrir leur porte-monnaie. Plus...

La facture très opaque des soins dentaires

Les Vaudois voteront le 4 mars sur la création d’une assurance dentaire. Le coût global des soins avoisinerait 4,1 milliards en Suisse, mais le domaine manque de transparence. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...