Le Conseil d’État présente ses plus plates excuses

Grand ConseilQuelque 300 citoyens, selon le Canton, avaient reçu une enveloppe de vote incomplète pour l’élection du 9 février. Tancé, le gouvernement a fait son mea culpa.

«Le Conseil d’État veillera à ce que cela ne se reproduise pas», a déclaré Béatrice Métraux

«Le Conseil d’État veillera à ce que cela ne se reproduise pas», a déclaré Béatrice Métraux Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil d’État est sorti de son silence à propos du couac qui a privé des centaines de citoyens de leur matériel de vote pour l’élection cantonale du 9 février. C’est la ministre Verte Béatrice Métraux qui s’est exprimée au nom du collège mardi devant le parlement. «Le Conseil d’État regrette très vivement que des électrices et électeurs n’aient pas pu exprimer leur vote lors de l’élection.» Et le gouvernement de présenter aux concernés «ses plus plates excuses».

L’affaire pourrait sembler anecdotique vu le résultat de l’élection; la PLR Christelle Luisier étant propulsée au Château avec 46'597 voix d’avance sur sa principale concurrente. Mais nombre de citoyens l’ont eu saumâtre. «Sans le droit de voter pour ses représentants à l'Exécutif de son canton, la démocratie s'éteint!» argue l’un des six Vaudois qui ont déposé un recours en déni de droit démocratique.

«Avec légèreté»

Le bureau du Grand Conseil a rédigé un rapport très critique sur la gestion de ce couac par l’Exécutif, accusé d’avoir traité cela «avec légèreté» («24 heures» de lundi). Mardi, d’autres députés en ont rajouté une louche. «Le Conseil d’État a méprisé avec une affligeante suffisance» ceux qui ont signalé le problème, dixit Jérôme Christen (Vaud Libre). «Cela favorise l’abstentionnisme croissant dont ne semble pas se préoccuper le Conseil d’État dès lors que cela assoit son pouvoir.»

«326 électeurs ont signalé avoir reçu un matériel de vote incomplet, on peut imaginer qu’une personne sur trois seulement a réagi, a spéculé Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche). Les autorités auraient dû prendre cela au sérieux tout de suite.» Le toujours très mesuré Hugues Gander, socialiste, a estimé qu’il serait «souhaitable que le contenu de l’enveloppe soit clairement répertorié et que la démarche à entreprendre en cas de défectuosité soit notifiée».

Mise sous pli

La Commission de gestion se penchera sur le problème technique qui a affecté la mise sous pli. Béatrice Métraux a assuré que celui-ci n’a pas été identifié en cours de production. «Il n’y a eu aucun message d’erreur sur les machines.»

Dès le bug découvert, des investigations sérieuses ont été menées qui ont pu exclure une erreur de grande ampleur, a-t-elle dit. «Toutes les Communes et préfectures ont été averties et une communication a été envoyée aux médias.» Après vérification auprès des Communes, 326 enveloppes incomplètes ont donc été recensées «et 186 personnes ont pu se procurer du matériel de remplacement». Mais il était trop tard pour ceux qui avaient déjà voté pour les objets fédéraux. Au final, seul 0,03% du corps électoral a été impacté, selon la ministre, qui a encore promis que le gouvernement «veillera à ce que l’incident ne se reproduise pas, et prendra les remarques en compte, même si le risque zéro n’existe pas. Le processus technique sera revu.»

Les recours des citoyens ont été rejetés par le Grand Conseil. Ils peuvent encore saisir la Cour constitutionnelle.

Créé: 25.02.2020, 19h26

Articles en relation

Un Conseil d’État passif face au couac électoral

Scrutin du 9 février Le Bureau du parlement gronde. Jusqu’à 700 citoyens n’ont pas reçu leurs bulletins cantonaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.