Passer au contenu principal

Le Conseil d'Etat vaudois souligne qu'il a respecté la loi

Le rapport du Contrôle fédéral des finances (CdF) sur les allégements fiscaux fédéraux montre que le canton de Vaud a respecté la loi, souligne le Conseil d'Etat. Les améliorations suggérées par le CdF seront étudiées et la pratique vaudoise «ajustée si nécessaire».

Le CdF note que les conditions vaudoises d'exonérations temporaires répondent à l'ensemble des critères énoncés par la loi, relève le gouvernement cantonal vendredi dans un communiqué. Vaud est de plus le seul des quatre cantons étudiés par le CdF à étendre jusqu'à 10 ans après le terme de l'allégement la clause de «claw- back».

Ce mécanisme contraint une société exonérée quittant le canton dans ce laps de temps de verser de manière rétroactive les impôts dus. Cette clause a été appliquée à trois reprises, précise le canton.

Le renouvellement pour 5 ans de l'exonération n'est en outre pas automatique, relève le gouvernement. Sur les quelque 60 sociétés au bénéfice de l'arrêté Bonny dans le canton, deux ont dû renoncer à la prolongation faute de remplir les conditions.

Impact sur la RPT

Les impôts non payés par ces sociétés sont toutefois pris en compte dans le calcul de la capacité contributive du canton dans le cadre de la péréquation financière intercantonale (RPT). Le CdF estime que ce mécanisme pourrait pénaliser les cantons si les entreprises exonérées coûtent plus en RPT qu'elles ne rapportent en impôts.

Vaud a calculé, pour l'ensemble des entreprises concernées, que le solde est dans son cas positif de 93 millions de francs. Cette évaluation prend en compte l'imposition de l'ensemble des sociétés du groupe implantée dans le canton, précise le communiqué.

Le Conseil d'Etat vaudois rappelle que ces quelque 60 sociétés exonérées au titre de l'arrêté Bonny dans le canton avaient créé en 2009 un total de 4663 emplois. Leur masse salariale annuelle atteint 689 millions de francs, apportant 70 millions de cotisations sociales et 30 millions d'impôts communaux, cantonaux et fédéraux.

Leurs investissements totaux se sont montés à 1,8 milliard de francs et leurs dépenses en Suisse à 630 millions en 2009. En moyenne annuelle 2006-2008, ces entreprises ont généré 172 millions d'impôts.

Suivi à améliorer

Le CdF recommande principalement au canton de Vaud d'améliorer le suivi et le contrôle de ces sociétés. «Le reporting vaudois s'applique à des critères allant au-delà des obligations légales», souligne le Conseil d'Etat. Les propositions et les pistes suggérées par le CdF seront examinées et le canton ajustera, si nécessaire, sa pratique.

Cette pratique a déjà été modifiée au terme définitif de l'arrêté Bonny fin 2010, relève le canton. Les décisions d'exonération sont désormais de la compétence du Conseil d'Etat et sont réservées aux sociétés industrielles et technologiques, ainsi qu'aux régions excentrées.

Rapport cantonal commandé

Le gouvernement vaudois a chargé le Contrôle cantonal des finances (CCF) d'établir un rapport sur la situation vaudoise passée et future, et de formuler des propositions d'amélioration au niveau cantonal. Ce rapport sera ensuite transmis à la commission de gestion et à la commission des finances du Grand Conseil.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.