Les contrats de Rebecca Ruiz allument la campagne

Grand Conseil La droite et l’extrême gauche pointent les anciennes relations de travail entre l’école vaudoise et la candidate à la succession de Maillard.

Les contrats de travail controversés de Rebecca Ruiz ont donné sujet à trois interpellations du Grand Conseil mardi.

Les contrats de travail controversés de Rebecca Ruiz ont donné sujet à trois interpellations du Grand Conseil mardi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vacances et procédure parlementaire obligent, c’est seulement ce mardi que le Grand Conseil a commencé à parler du contrat de travail boiteux qui a lié en 2013 le Département de la formation (DFJC) et la conseillère nationale Rebecca Ruiz, qui doit être désignée samedi prochain comme candidate du Parti socialiste au Conseil d’État. Le cas avait été révélé en décembre par «Le Temps».

À deux mois de l’élection pour trouver un successeur à Pierre-Yves Maillard, le sujet sert d’allume-feu à la campagne. Trois partis ont présenté mardi des interpellations demandant des comptes au Conseil d’État: le Parti libéral-radical (PLR), l’UDC et Ensemble à Gauche. Tous s’interrogent sur le fait que le DFJC et la criminologue avaient signé un contrat de travail au libellé étrange: «enseignante à l’établissement scolaire secondaire Cossonay-Penthalaz», avec le statut de «détachée». En réalité, après plusieurs contrats à durée déterminée, ce nouveau contrat devait lui permettre de finaliser ses rapports sur la violence et le harcèlement à l’école.

Les questions viennent de trois partis directement concernés par l’élection. D’un côté, Ensemble à Gauche et l’UDC présentent chacun un candidat. De l’autre, le PLR doit valider mercredi son soutien à l’UDC.

«Tour de passe-passe budgétaire»

«Pour le bien de nos institutions et la crédibilité de Mme Ruiz, qui sera bientôt en campagne, la population vaudoise attend que toute la lumière soit faite, vite et sans ambiguïté», estime l’UDC Denis Rubattel. Il est le seul à citer nommément l’élue nationale. Il parle de «drôles de contrats de travail» et ajoute: «Si cela devait s’avérer juste, on pourra dire que cela n’est pas beau et pas très reluisant venant de notre administration cantonale et de la personne ayant signé ces contrats.»

Quant au texte d’Ensemble à Gauche, c’est Jean-Michel Dolivo (lui-même candidat au Conseil d’État) qui l’a présenté. Lui parle d’un «tour de passe-passe budgétaire» et de «création d’emploi fictif d’enseignement sans mise au concours». «Combien de postes de ce type ont-ils existé au sein du DFJC?» demande-t-il.

Grégory Devaud, auteur du texte libéral-radical, n’a pas pris la parole ce mardi. Dans la version écrite de son interpellation, il pointe un contrat «à l’apparence d’un bricolage».

La loi prévoit que le Conseil d’État réponde d’ici à trois mois à ces questions. Dans nos colonnes, le DFJC a parlé de «cas isolés» et de pratiques «désormais proscrites». Rebecca Ruiz a, quant à elle, expliqué que le DFJC lui avait indiqué que la pratique était «administrative» (notre édition du 22 décembre). Le Parti socialiste ne s’est pas exprimé mardi au parlement, mais défend sa future candidate.

Créé: 15.01.2019, 19h19

Grand Conseil: en bref

Sécurité: fermeté face aux antispécistes

Le Grand Conseil veut que la police agisse avec «la plus grande fermeté» lors de manifestations antispécistes violentes. Par 74 voix contre 41 (avec 21 abstentions), les députés ont accepté un texte de la libérale-radicale Marion Wahlen.

Impôts: un seul courrier pour les mariés

Les couples mariés continueront de recevoir leur courrier en commun de la part du fisc. Le parlement a rejeté par 74 voix contre 46 (avec sept abstentions) l’idée de leur adresser des plis séparés, proposée par la socialiste Muriel Thalmann.

Mathieu Signorell

Articles en relation

Rebecca Ruiz égratignée par un contrat de travail boiteux

Élection au Conseil d’État Pour continuer de salarier la socialiste, le Département de la formation a dû faire un bricolage budgétaire, il y a cinq ans. Plus...

Ruiz, la favorite, entre dans la course au Conseil d'Etat vaudois

Politique La conseillère nationale est la candidate de la section lausannoise pour succéder à Pierre-Yves Maillard au Conseil d’État. Plus...

La voie est libre pour une candidature de Rebecca Ruiz

Conseil d'Etat La conseillère nationale est la seule socialiste à briguer, pour l'heure, le siège de Pierre-Yves Maillard. Stéphane Montangero renonce à se présenter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.