Passer au contenu principal

Contrôler un exosquelette de la main par la pensée

L’appareil a la particularité d’améliorer la performance de l’interface cerveau-machine.

Sur le campus de l’EPFL, la révolution des Interfaces cerveau-machine (ICM), où le cerveau fait office de télécommande pour déplacer des objets, est en marche. Avec, à terme, l’ambitieux projet de révolutionner la vie de personnes handicapées pourvues de capacités cognitives intactes.

En 2010, le fauteuil roulant pilotable par la pensée posait les bases de ce bouleversement. Deuxième acte deux ans plus tard avec une première mondiale pour l’école: un paraplégique parvenait à faire bouger un robot par la seule force de sa pensée. Les premières étapes sont prometteuses, mais la technologie n’est pas encore totalement au point.

Contrôle par les ondes cérébrales

Aujourd’hui, une avancée dans ce dossier s’accompagne d’une grande nouvelle pour tout le secteur. Des chercheurs de l’EPFL ont développé un exosquelette de la main. Des câbles en métal en guise de tendons, léger et portable, le dispositif se contrôle par les ondes cérébrales ou par les mouvements de l’œil, que cela soit pour tendre le doigt ou pour le plier. Mieux: durant leurs travaux où il s’agissait de mesurer les signaux du cerveau lors du maniement de l’appareil grâce à un casque électroencéphalogramme, les chercheurs ont observé «des signaux très particuliers».

La zone du cerveau impliquée dans le contrôle des mouvements du corps s’appelle le cortex moteur. Pour un mouvement de la main gauche, c’est le cortex moteur droit qui est sollicité et inversement. On parle de contrôle controlatéral. «Comme prévu, les scientifiques ont pu observer une activité cérébrale controlatérale chez les personnes qui subissaient passivement les mouvements de l’exosquelette. Par contre, chez les sujets invités à contrôler l’exosquelette à l’aide des ondes cérébrales, des signaux sont aussi apparus du même côté que la main sollicitée», indique l’école, pour qui la découverte pourrait être exploitée afin d’améliorer le contrôle d’exosquelettes par ondes cérébrales.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.