Les corps donnés à la science ne sont pas tous acceptés

MédecineDe plus en plus de personnes veulent léguer leurs dépouilles à la Plateforme de morphologie de Lausanne. Faute de place, une famille a dû trouver une alternative. Explications.

La Plateforme de morphologie, dirigée par Jean-Pierre Hornung, utilise 30 à 40 corps chaque année pour la formation des médecins

La Plateforme de morphologie, dirigée par Jean-Pierre Hornung, utilise 30 à 40 corps chaque année pour la formation des médecins Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mon père n’était pas croyant. Il a choisi de donner son corps à la science pour des raisons économiques et afin de nous soulager de toutes les formalités à entreprendre après son décès», explique Frédéric Despont.

Décédé le 17 janvier dans la soirée à l’Hôpital de Lavaux, Raphaël Despont aurait donc dû rejoindre la Plateforme de morphologie le lendemain. Mais le 18 en début d’après-midi, son épouse apprend que l’Université de Lausanne ne peut prendre la dépouille, faute de place. Un choc pour la famille, qui n’avait pas prévu d’alternative et doit faire toutes les démarches nécessaires auprès des pompes funèbres. «Je ne suis pas fâché contre la décision de la Plateforme, précise Frédéric Despont, mais je suis choqué par leur façon de procéder. Nous aurions voulu être avertis qu’un tel refus était possible, cela nous aurait permis de prévoir un plan B.»

Sur le formulaire de l’UNIL rempli par Raphaël Despont apparaissent certains critères d’exclusion qui ne concernaient pas le septuagénaire ( lire ci-contre). Jean-Pierre Hornung, responsable de la Plateforme de morphologie explique: «Nous avons une capacité de stockage de 80 corps, nous ne pouvons pas en prendre davantage. Il ne serait pas éthique d’accepter des dépouilles que nous ne pourrions utiliser faute de place et qu’il faudrait incinérer rapidement.» Raphaël Despont est malheureusement décédé au mauvais moment, entre deux semestres universitaires: période où aucun corps n’est utilisé par les étudiants. Avec la reprise des cours universitaires ce lundi, 25 corps sont sur les tables de dissection, libérant ainsi de la place.

Motifs économiques

«Nous utilisons 30 à 40 corps par année académique, continue Jean-Pierre Hornung et avons en général une soixantaine d’annonces de décès chaque année.» Une vingtaine de corps sont d’office exclus des cours d’anatomie à cause de leur état ( lire ci-contre). «Il est donc rare que nous refusions des dépouilles. Mais il faut admettre que depuis deux ans environ, nous sommes davantage sollicités.» Un succès souvent motivé par des raisons économiques. La Plateforme, après utilisation d’un corps, l’incinère à ses frais. «Rien que pour l’incinération, l’urne et les différents trajets de la dépouille de mon père, la facture s’est élevée à 2970 francs. Des frais que mon père voulait nous épargner.»

Afin d’éviter de mauvaises surprises aux familles, la Plateforme de morphologie a changé son formulaire. «Nous avons inclus une clause qui précise que nous pouvons refuser un corps en bon état lors de circonstances exceptionnelles. Et nous demandons également au signataire s’il est d’accord que sa dépouille serve aux étudiants d’autres universités de Suisse, précise Jean-Pierre Hornung. Grâce à notre future collaboration avec le nouveau centre de formation chirurgical qui va ouvrir à Genève, nous espérons ne plus avoir à refuser de corps.»

Créé: 21.02.2017, 06h36

Deux ans d’attente avant utilisation

La plupart des corps acceptés par la Plateforme de morphologie ne sont pas utilisés tout de suite par les étudiants. Deux tiers des dépouilles sont traitées avec différents produits qui permettent de fixer puis de rigidifier les tissus. Pour que le corps soit stable, il faut donc compter deux ans de traitements. Passé ce délai, les travaux de dissection peuvent commencer. Le même corps est ainsi utilisé par l’étudiant pendant tout le semestre. Seulement un tiers des dépouilles sont congelées et utilisées rapidement pour des travaux post-grade qui nécessitent des tissus frais. Dans ces cas-là, le travail des médecins s’étale sur 24 à 48 heures, guère plus. Après utilisation, les corps sont incinérés et les cendres finissent au Jardin du souvenir à Lausanne, sauf demande spéciale de la famille.

Critères d’exclusion

Certains corps sont refusés car leur état ne permet pas d’étudier l’anatomie normale. C’est le cas lorsque:

- le corps a fait l’objet d’une autopsie;

- le corps est trop abîmé à la suite; d’un accident ou d’un suicide;

- la personne avait une maladie infectieuse (sida, hépatite B, entre autres);

- la personne est obèse ou émaciée;

- la personne est décédée des suites d’un cancer.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.