Passer au contenu principal

Les «crache-sang» pullulent à Lavaux

Une colonie anormalement nombreuse du coléoptère, inoffensif pour l’homme et la vigne, a été observée à la hauteur de Saint-Saphorin.

Le vigneron des Faverges a immortalisé cette colonie de larves accrochées à du gaillet dans sa vigne au printemps.
Le vigneron des Faverges a immortalisé cette colonie de larves accrochées à du gaillet dans sa vigne au printemps.
DR
Adulte, le crache-sang peut mesurer jusqu'à 2 centimètres. Avec sa carapace dure et trapue, il a peu de prédateurs. De plus, il fait le mort et 'crache' un liquide rougeâtre rebutant et toxique lorsqu'on l'attaque, une technique nommée 'saignée réflexe'.
Adulte, le crache-sang peut mesurer jusqu'à 2 centimètres. Avec sa carapace dure et trapue, il a peu de prédateurs. De plus, il fait le mort et 'crache' un liquide rougeâtre rebutant et toxique lorsqu'on l'attaque, une technique nommée 'saignée réflexe'.
Florian Cella
La colonie s'est développée sous le Domaine des Faverges, sans doute dans une vigne de culture biologique, où les coléoptères ont trouvé leur nourriture.
La colonie s'est développée sous le Domaine des Faverges, sans doute dans une vigne de culture biologique, où les coléoptères ont trouvé leur nourriture.
Florian Cella
1 / 3

Le lieu est idyllique: une terrasse ombragée d’un grand cèdre, avec vue sur les vignes et le lac. C’est là qu’un lecteur va régulièrement pique-niquer avec son amoureuse. Mais récemment le rendez-vous galant a été un peu gâché par la présence en nombre d’un drôle de «scarabée» noir. «Il y en avait plein partout, ils nous montaient dessus!» explique-t-il.

L’insecte est en fait un coléoptère: le crache-sang, timarque ou chrysomèle noir. Inoffensif pour l’homme et la vigne, il vit sans trop de prédateurs directs. Sa carapace rigide le protège des oiseaux et, s’il est attaqué, le crache-sang fait le mort et libère un liquide orangé (de l’hémolymphe) rebutant et toxique, par la bouche et les articulations, d’où son nom. «Il est assez courant dans le bassin lémanique; ce n’est pas une nouvelle arrivée à Lavaux», indique Yannick Chittaro, biologiste au Centre suisse de cartographie de la faune. Observer l’animal en grand nombre n’est pas une première non plus. «Un collègue en avait signalé 1000 sur un endroit près de Neuchâtel en juillet 2005. Les pullulations locales peuvent donc arriver.»

Aptère (dont les élytres sont soudés, et qui ne peut donc pas voler), le crache-sang ne parcourt que «quelques dizaines, voire centaines de mètres durant sa vie», indique le biologiste. Ainsi, il n’est pas étonnant de l’observer très localement. Surtout si des routes lui barrent le passage: entre la terrasse idyllique et le domaine des Faverges, juste en dessus, la route de Vevey est constellée de coléoptères écrasés.

La colonie pourrait d’ailleurs avoir profité des méthodes culturales bios des Faverges pour se développer. «Il se nourrit uniquement de gaillets, c’est donc dans les zones non désherbées qu’il va retrouver son milieu naturel, qui se raréfie ailleurs», explique Yannick Chittaro. La plante couvrante se plaît dans les vignes biologiques favorisant la biodiversité, confirme Gérald Vallélian, le vigneron des Faverges, médaillé d’argent de la FeVi, qui a immortalisé les larves au printemps (photo).

«Après quelques années dans la culture biologique, on a une forte augmentation de matière organique dans le sol, et le gaillet aime ça!» À tel point que cela peut devenir problématique: très dense, la plante est difficile à faucher et rencontre peu de concurrence. «La présence du crache-sang est une aubaine: sur une petite parcelle, je n’ai pas eu besoin de faucher, ils avaient tout ratiboisé!» Si le prochain hiver n’est pas trop rude et que l’insecte a laissé la vie sauve à quelques plants de gaillet, il y a fort à parier que la colonie sera encore plus nombreuse l’été prochain.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.