Passer au contenu principal

Créer 1000 jobs pour les seniors? Patrons réticents

Pierre-Yves Maillard veut pousser les entreprises à aider les chômeurs âgés. Les organisations économiques doutent.

La recherche d'un emploi prend davantage de temps lorsque l'âge augmente.
La recherche d'un emploi prend davantage de temps lorsque l'âge augmente.
Lucien Fortunati

Maria était assistante de gestion dans une banque. Elle travaillait depuis 1981. Cette Lausannoise a perdu son emploi il y a trois ans, à l’âge de 57 ans. Elle n’en a pas retrouvé. De nationalité suisse et portugaise, elle songe à s’installer à Porto car la vie est devenue trop chère pour elle dans le canton de Vaud. «Dans ma branche, je suis polyvalente. J’étais fière de mon pays, la Suisse, mais je suis déçue», regrette-t-elle. Maria pourrait bénéficier d’une idée inscrite dans le récent plan de législature du Conseil d’État: inciter les entreprises à créer 1000 emplois pour des seniors au chômage de longue durée. «L’objectif, c’est de leur proposer de vrais postes de travail, d’une année, en contrat à durée déterminée, affirme Pierre-Yves Maillard, chef du Département de la santé et de l’action sociale. Une telle période d’emploi augmenterait leur chance de retrouver un contrat à durée indéterminée, peut-être même dans l’entreprise qui les aurait engagés. En outre, ce processus leur donne un droit, en cas d’échec, à de nouvelles prestations d’un Office régional de placement.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.