«Les crèmes solaires ne protègent pas contre le mélanome»

SantéPour Bertrand Kiefer, se tartiner de produits solaires ne sert à rien. Aucune étude ne prouve leur efficacité.

Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la <i>Revue Médicale Suisse</i>, s'est plongé dans la littérature scientifique.

Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse, s'est plongé dans la littérature scientifique. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La température monte, les corps se dénudent et les publicités pour les crèmes solaires pullulent. Médecin et directeur de la Revue Médicale Suisse, Bertrand Kiefer dénonçait récemment dans une tribune l’inefficacité de ces produits dans la prévention du mélanome, cinquième cancer le plus fréquent (2700 nouveaux cas par an en Suisse).

Vous dites que ces crèmes sont inefficaces contre le mélanome. Il ne sert donc à rien de se tartiner?

À rien, non. Il n’existe aucune preuve scientifique que les crèmes solaires protègent contre le mélanome. Récemment, une méta-analyse incluant 29 études et plus de 300'000 participants a d’ailleurs conclu qu’il n’existe pas d’association, positive ou négative, entre les cancers de la peau et l’utilisation de crèmes, quel que soit l’indice de protection. Si les fabricants étaient capables de prouver l’efficacité de leurs produits, ils auraient brandi une étude depuis longtemps. Mais ils n’ont rien. Fait troublant: énormément de gens se mettent de la crème depuis des décennies alors que l’incidence du mélanome ne cesse d’augmenter…

Ces crèmes protègent pourtant des coups de soleil.

C’est bien le problème. Non seulement ces produits ne servent à rien, mais en plus ils incitent à prolonger l’exposition. En retardant le coup de soleil, ils procurent un sentiment de fausse sécurité, privant le corps d’un système d’alerte naturel. La crème repousse la douleur, l’impression de cuire. On s’expose donc plus longtemps. En réalité, notre organisme n’est pas fait pour rester de longues heures au soleil.

Vous parlez d’un «mythe des crèmes solaires».

Il y a eu la construction d’un mythe, oui. On a pensé, à un moment donné, que les filtres UV étaient efficaces contre le mélanome. Et puis, alors que les doutes s’accumulaient, on n’a jamais osé dire «stop». Il est temps de changer de discours. C’est tout de même hallucinant de penser que des millions de gens mettent sur leur peau et celle de leurs enfants des produits qui ne sont pas anodins alors qu’il n’existe aucune preuve de leur efficacité.

Comment expliquer que des médecins et des organismes de prévention sérieux encouragent l’usage de ces produits?

L’envie, peut-être, de proposer une «solution» plutôt que rien. Il faut aussi prendre en compte l’influence de l’industrie cosmétique. Il y a quelques années, la campagne contre le mélanome de la Ligue suisse contre le cancer était sponsorisée par… une marque de crème solaire. Sur son site, la Ligue donne trois messages de prévention: rester à l’ombre entre 11 h et 15 h, porter chapeau, lunettes de soleil et vêtements appropriés et appliquer un produit solaire. Comme ces conseils ne sont pas hiérarchisés, les gens suivent seulement le dernier, car c’est celui qui les dérange le moins.

Que préconisez-vous?

Éviter les bains de soleil prolongés. Surtout, éviter les coups de soleil, protéger les enfants avec des vêtements. Faire surveiller les taches suspectes et grains de beauté par un dermatologue et apprendre les critères de dangerosité. Il faut vraiment insister sur le dépistage.

La composition des crèmes solaires est aussi controversée.

Elles contiennent des produits non testés et des substances dont on connaît mal les effets: nanoparticules, perturbateurs endocriniens… En soi, les effets nocifs des crèmes solaires sur l’environnement – je pense à la Grande Barrière de corail – devraient nous alerter. Il y a aussi la question des sprays. En les utilisant, on inhale des ingrédients actifs et des agents propulseurs. On ne sait rien des risques associés à cette inhalation. L’industrie cosmétique est malheureusement soumise à très peu de contrôles. (24 heures)

Créé: 05.06.2018, 07h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...