Crêt-Bérard, une maison protestante ouverte à tous

PuidouxL'endroit fête ses septante ans cette année. Un Haut-Lieu chrétien reconverti dans le tourisme laïc pour garantir son avenir. Visite

Depuis 2013, le pasteur Alain Monnard est le résident de ce haut lieu des retraites protestantes qu’est Crêt-Bérard.

Depuis 2013, le pasteur Alain Monnard est le résident de ce haut lieu des retraites protestantes qu’est Crêt-Bérard. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Crêt-Bérard. Un nom qui dit quelque chose à beaucoup de Vaudois. Sans qu’ils sachent forcément de quoi il s’agit. Alors on suit Google Maps et on se retrouve au-dessus de Puidoux. Une immense propriété au milieu d’un parc boisé. Tout à la fois hôtellerie, cloître en pierre jaune, centre de congrès, espace pour des camps de vacances… «C’est un peu de tout cela. Personnellement je l’appelle simplement la Maison», dit le pasteur Alain Monnard, qui dirige les lieux depuis 2013.

Au cœur de ces bâtiments, une cour intérieure avec des cellules de type monastique construites au début des années 1950. Crêt-Bérard est à la base un endroit religieux. 5000 jeunes protestants, réunis à Lausanne en mai 1948, il y a tout juste septante ans, décidaient de construire ici une Maison pour la jeunesse et l’Église. Leur aumônier cantonal, Albert Girardet, les appelle à s’engager dans des camps de travail sur la «colline du berger» (crêt bérard en patois). Des milliers de jeunes y manieront la pelle et la truelle de 1949 à 1953. Fondation ecclésiastique, le lieu devient un endroit de rencontre et un centre de ralliement des protestants vaudois.

Trois offices quotidiens

«J’aime beaucoup venir ici, car j’ai des souvenirs de retraites et de catéchisme. Et ce lieu compte beaucoup dans les récits familiaux: mes parents ont fait partie de cette génération de jeunes qui ont participé aux camps», explique le pasteur Jacques Küng, croisé sur les lieux. Trois offices quotidiens ont lieu à la chapelle, dans un style liturgique proche de Taizé. Crêt-Bérard est aussi un centre d’œcuménisme et de dialogue entre les chrétiens. «Un lieu d’ouverture et de paix», résume Laurence Jacquaz, pharmacienne et aumônière catholique en EMS, qui vient y prendre des cours d’icône orthodoxe.

Imprégné de la ferveur des pionniers, Crêt-Bérard suit l’évolution des temps. Par la force des choses: «Le protestantisme diminue dans son rayonnement, donc moins de gens connaissent aujourd’hui Crêt-Bérard», résume Jacques Küng. Tout le défi du pasteur résident Alain Monnard est de continuer à faire rayonner le lieu tout en développant une foule d’événements laïques: «Pour moi cela a toujours été un lieu bienfaisant, avec une âme, une belle histoire. Nous travaillons avec enthousiasme à en assurer la pérennité.» Ces dernières années, il a développé la partie hôtelière qui dispose de 40 chambres rénovées et confortables.

Garanti sans wi-fi

On ne trouvera ni télévision ni wi-fi dans les chambres. «Une volonté de favoriser la déconnexion, explique Alain Monnard. Je considère que nous ne sommes pas en retard sur ce point mais en avance.» Les salles de séminaires, bien équipées et décorées avec goût, attirent de nombreux groupes de travail qui n’ont le plus souvent rien à voir avec la religion. Alain Monnard fait coexister harmonieusement des mondes aussi différents en apparence que le management et la religion. «Qu’avez-vous choisi de rien faire aujourd’hui?» peut-on lire sur un panneau à l’entrée. Une façon d’interpeller les hôtes et de signaler que Crêt-Bérard est un lieu de ressourcement. La maison respecte d’ailleurs une pause quotidienne de 12 h 15 à 12 h 30. «Pour prier, méditer, se promener, prendre une pause, chacun peut habiter ce quart d’heure à sa guise.» Ancien pasteur à Aigle, aux Ormonts, puis à l’île Maurice, Alain Monnard ne voit pas de frontière étanche entre la foi et le management. Il organise même une fois par an les Rencontres Horizon, journée de formation pour chefs d’entreprise et cadres dirigeants. «Après tout, un manager n’est pas si différent d’un pasteur, il doit conduire des personnes et en prendre soin», dit-il en filant la métaphore avec le berger et les brebis de la Bible.

Ouverture totale

On croise un autre habitué des lieux: Marc Bovet, ancien vigneron d’Allaman reconverti dans la pastorale de jeunes pour l’Église vaudoise: «Crêt-Bérard est un lieu magnifique depuis des décennies, et il le reste. C’est un beau challenge pour cette maison d’être à la fois un lieu de retraite spirituelle et d’avoir une ouverture totale sur le monde.» (24 heures)

Créé: 27.03.2018, 07h04

Articles en relation

Pour leur pasteur licencié les fidèles font la grève du culte

Froideville Abasourdis par la décision et les méthodes de l’EERV, des paroissiens ont manifesté devant l’église dimanche. Plus...

L’Eglise réformée vaudoise réfléchit à son évolution

Religion Désormais, les fidèles s’engagent pour un projet, pour une activité ponctuelle. L'EERV doit adapter son fonctionnement. Plus...

Le pasteur qui aurait pu devenir agriculteur

Xavier Paillard Le chef de l’Eglise protestante vaudoise n’imagine pas vivre loin de ses vaches et de son verger. Paysan et montagnard dans l’âme Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...