La crise veveysanne inspire une motion à un député

PolitiqueLe Conseil d’État et le Grand Conseil devraient pouvoir forcer une Commune à organiser des élections générales, estime le PLR Marc-Olivier Buffat.

Président du PLR vaudois, Marc-Olivier Buffat juge insatisfaisante la manière dont le Conseil d'État traite le cas de Vevey.

Président du PLR vaudois, Marc-Olivier Buffat juge insatisfaisante la manière dont le Conseil d'État traite le cas de Vevey. Image: Jean-Bernard Sieber-A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La pétaudière qu’est devenue la Municipalité de Vevey, amputée de trois de ses cinq membres, va de nouveau occuper le Grand Conseil, a révélé jeudi la RTS. Le député et président du PLR vaudois Marc-Olivier Buffat déposera en début d’année une motion pour doter le Conseil d’État d’un nouvel outil pour gérer la crise. «Dans des situations aussi hautement préoccupantes, il faut pouvoir contraindre une Commune à organiser des élections générales», estime le libéral-radical. Et cette décision «devrait au préalable être soumise au Grand Conseil pour approbation».

Vevey est secouée par une crise politique depuis des mois. Trois de ses municipaux sont aujourd’hui sous le coup d’une enquête pénale: gestion déloyale d’intérêts publics pour l’un, violation du secret de fonction pour les deux autres. Il ne reste donc plus que deux municipaux sur cinq en fonction, les autres étant suspendus mais toujours payés. L’État a désigné un homme de confiance pour renforcer l’Exécutif et pourrait en nommer un deuxième en janvier.

S’il met sur la table cette solution pour l’avenir, c’est parce qu’il faut tirer des enseignements de cette affaire. «La façon dont le Conseil d’État traite ce cas est insatisfaisante. Il recourt à un article prévu pour les cas d’urgence: si une Municipalité se trouve décimée par un crash d’hélicoptère par exemple. À Vevey, la situation va encore durer des mois.» L’autre solution serait de mettre sous régie la Commune, comme le fut celle de La Chaux en 2015. «Mais là encore le Grand Conseil n’a pas son mot à dire. Il faut comme alternative provoquer des élections. Auxquelles les municipaux en place restent libres de se présenter», relève Marc-Olivier Buffat. (24 heures)

Créé: 28.12.2018, 07h29

Articles en relation

Déçus par leur syndique, ils quittent les Verts

Malaise Sur fond d’affaire Girardin, Marie Moya et Andreas Foster disent avoir «perdu confiance» en leur collègue de parti. Malaise Plus...

Les Municipaux s’accordent sur un point: ils ne partiront pas

Vevey Le scénario d’une démission en bloc est récurrent. Les cinq élus le jugent non-pertinent et dommageable. Plus...

Christen et Agnant excluent de démissionner

Vevey Les deux municipaux suspendus par le Conseil d’Etat renoncent à faire recours, estimant être des lanceurs d’alerte. Plus...

Il n’y a plus que trois municipaux pour tenir la barre à Vevey

Vaud Après Lionel Girardin, le Conseil d’État suspend Michel Agnant et Jérôme Christen. Et renforce l’influence de Michel Renaud. Plus...

Pour que les élus mis à pied voient leur salaire gelé

Vevey Dans le sillage de l’affaire Girardin, les trois députés locaux demanderont mardi au Conseil d’Etat qu’il gomme une «lacune» de la loi sur les communes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.