Passer au contenu principal

VaudLes curatelles imposées prendront fin en 2018

Le Canton met fin à une exception. La réforme mise sur un mélange à parts égales de volontaires et de professionnels.

Béatrice Métraux a présenté le nouveau dispositif, qui se veut plus attrayant pour les volontaires.
Béatrice Métraux a présenté le nouveau dispositif, qui se veut plus attrayant pour les volontaires.
Keystone

Les curatelles imposées prendront fin dans le canton de Vaud dès janvier 2018. La réforme qui mise sur un mélange à parts égales de volontaires et de professionnels devrait entraîner un coût de 11 millions de francs supplémentaires par an.

«Le dispositif est prêt, c'est la fin prochaine de l'exception vaudoise», s'est félicitée lundi Béatrice Métraux. La conseillère d'Etat présentait devant la presse l'ensemble de la réforme en compagnie de son collègue Pierre-Yves Maillard et du président du Tribunal cantonal Jean-François Meylan.

Fin de l'exception

Vaud est le dernier canton suisse à faire le pas et à mettre fin aux curatelles obligatoires, un système décrié, mais qui avait aussi ses partisans. On a beaucoup entendu ceux qui refusaient cette charge, mais lors de l'enquête, l'Etat s'est rendu compte que «des gens appréciaient de faire ce travail», a relevé Pierre-Yves Maillard.

Actuellement, le canton dispose d'environ 30% de curateurs professionnels et de 70% de privés (volontaires et imposés, ces derniers atteignant 47% en 2013). Le but est de parvenir à 50/50 d'ici 2020.

Pour rendre cette tâche plus attrayante, l'indemnité des volontaires passera de 1200 à 1800 francs par an et par mandat. De nombreuses mesures d'encadrement et de soutien seront en outre prises à différents niveaux, y compris en faveur des assesseurs.

Moins cher

«On doit assurer une protection adaptée à ceux qui en ont besoin», a poursuivi Béatrice Métraux en parlant de plus de deux ans de travaux et de concertation pour parvenir à cette réforme «satisfaisante». Vaud a anticipé l'initiative du conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD) qui ne veut que des curateurs professionnels et qui aurait coûté entre 16 et 18 millions par an, selon la conseillère d'Etat.

La campagne de recrutement, qui utilisera dès le 6 juin de multiples supports, vise à susciter «un élan de solidarité de la part de la population». Actuellement, le canton dispose de 5000 curateurs privés avec quelque 10'000 mesures prises. L'objectif est de confier 20% de ces tâches à des curateurs privés volontaires.

Rester dans l'équipe

Vaud espère recruter 500 curateurs volontaires par an de manière pérenne. «Il est extrêmement difficile de savoir si les gens contraints d'accepter d'être curateurs au départ vont vouloir rester dans l'équipe», relevait-on au sein du service des curatelles. Au niveau de l'OCTP (Office des curatelles et tutelles professionnelles), un renforcement des effectifs est envisagé, a noté Béatrice Métraux. La décentralisation des tâches est aussi en cours afin de faciliter les contacts et la connaissance du terrain.

Des gens motivés et compétents

Dans un communiqué, le Groupe Action Tutelle s'est félicité de la décision du Conseil d'Etat «pour laquelle il se bat depuis 11 ans ». «Notre combat a donc fini par payer. Nous en sommes particulièrement heureux pour les pupilles, qui auront enfin droit à des curateurs motivés, disponibles et compétents!», affirme le groupe.

Le site des curatelles et tutelles du canton de Vaud

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.