Débat passionné autour de Lavaux à Lausanne

VotationUne centaine de personnes ont assisté au débat «Quelle solution pour protéger Lavaux», organisé ce soir par 24 heures

Animé par Thierry Meyer, le débat s’est déroulé devant une centaine de personnes.

Animé par Thierry Meyer, le débat s’est déroulé devant une centaine de personnes. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il bloquer les constructions dans les villages et les hameaux en Lavaux? Quelle incidence l’initiative «Sauver Lavaux III» aura-t-elle sur la viticulture? C’est autour de ces deux thèmes majeurs que s’est tenu, ce vendredi soir au Palais de Rumine à Lausanne, le débat «Quelle solution pour protéger le paysage de Lavaux?» organisé par 24 heures.

A quelques jours de la votation cantonale du 18 mai sur l’initiative de Franz Weber et sur le contre-projet du Conseil d’Etat, les débatteurs, justement, n’ont pas manqué de solutions pour dessiner l’avenir du site classé à l’Unesco en 2007.

Sur le terrain des partisans de l’initiative, on retrouvait Suzanne Debluë et Laurent Fischer, la secrétaire et l’avocat de l’Association Sauver Lavaux, le député Vert Raphaël Mahaim et Michel Bongard, le secrétaire de Pro Natura Vaud. Sur le terrain des défenseurs du contre-projet, pas moins de deux membres du Conseil d’Etat en les personnes de Philippe Leuba, en charge de l’Economie, et de Béatrice Métraux, l’initiatrice du contre-projet. Ils étaient épaulés par Jean Christophe Schwaab, conseiller national PS et coprésident du comité Non à l’initiative de trop, et Blaise Duboux, vigneron et président de la Communauté de la vigne et des vins de Lavaux.

Devant une centaine de personnes, certaines n’hésitant pas à applaudir ou à chahuter les intervenants quand ces derniers ne se coupaient pas eux-mêmes la parole, le débat a d’abord été lancé sur l’épineuse question immobilière. Avec cette question délicate: les Communes de Lavaux subissent-elles une pression immobilière, lorsqu’on sait que depuis 2005, plus de 900 permis de construire ont été déposés? «Il y a une pression certes, mais elle est mesurée. Le système de contrôle actuel fonctionne», a estimé Béatrice Métraux. Une affirmation qui n’a pas convaincu Suzanne Debluë, expliquant avoir de ses yeux constaté des constructions «pharaoniques» et ajoutant que «ces Communes sont main dans la main avec l’immobilier». Quant aux constructions sur les crêtes, que souhaitent interdire les initiants, la conseillère d’Etat a assuré que le gouvernement responsabilisera les Communes dans l’optique de protéger ce site, y compris les fameuses crêtes. «Mais arrêtons de les fustiger», a demandé Béatrice Métraux.

Le débat s’est prolongé sur l’avenir de la viticulture en Lavaux. Exploiter la vigne, est-ce toujours rentable à cet endroit? «Nous sommes 200 professionnels à nous poser cette question tous les jours. Le vignoble est difficile à entretenir, mais Lavaux doit rester un pays de vignerons», a lancé Blaise Duboux. Une attaque qui n’a pas été du goût du député Raphaël Mahaim. «Cela me fait mal au ventre quand on nous accuse de vouloir torpiller la viticulture. Sur les 40 hectares encore constructibles, nous voulons qu’il ne reste que la vigne.»

Le conseiller d’Etat Philippe Leuba, très en verve hier, a alors déclamé un véritable plaidoyer pour les vignerons de la région. «Lavaux n’est pas qu’un lieu de promenade. Ce n’est pas un musée. Des gens y vivent et doivent pouvoir y vivre de leur travail. Ce qui menace le plus Lavaux, et c’est l’Unesco qui le dit, c’est le risque qu’y encourent les vignerons!»

Créé: 02.05.2014, 21h56

Articles en relation

Un film et un quiz sur le vote à Lavaux

Votations Le camp Weber a publié une vidéo explicative. Ses opposants ont concocté un quiz, façon «histoire dont vous êtes le héros» Plus...

L’affiche «Notre Franz Weber», un ovni qui fait parler de lui

«Sauver Lavaux III» La pré-campagne des opposants à l’initiative Weber fait couler une encre assassine. Un ratage? Avis de spécialistes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.