«La décision d’Assura a un fort impact sur Vaud»

Primes maladieLes primes vaudoises s’envolent de 4,7%. Le ministre de la Santé Pierre-Yves Maillard n’est pas surpris.

Le président socialiste du Conseil d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard met en cause la réforme du financement hospitalier.

Le président socialiste du Conseil d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard met en cause la réforme du financement hospitalier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pierre-Yves Maillard, chef socialiste de la Santé publique vaudoise, réagit à l’annonce de l’augmentation moyenne des primes de 4,7% dans le canton, contre 3,5% l’an dernier. Le président du Conseil d’Etat énumère ses armes pour freiner la hausse des coûts de la santé.

La prime moyenne des Vaudois s’envole de 4,7%. Vos prévisions étaient encore plus pessimistes.

Oui, mais il n’y a pas de quoi se réjouir. Notre situation est très impactée par la forte présence d’Assura, qui assure 30% des Vaudois. Cette caisse avait une stratégie de primes très basses, qu’elle corrige violemment aujourd’hui.

Pour la première fois depuis plus de dix ans, la hausse moyenne des primes vaudoise est supérieure à la hausse nationale. Un signe que les coûts ne sont pas maîtrisés?

La croissance est effectivement plus forte que les années précédant les réformes fédérales. Nous encaissons aujourd’hui le choc de ces réformes. Le nouveau financement hospitalier, la fin du moratoire sur l’installation des médecins et l’ouverture à l’hospitalisation intercantonale impactent nos coûts de la santé. Il faut freiner cette hausse et reprendre notre rapprochement vers la moyenne suisse, dont nous sommes éloignés pour encore environ 250 millions de francs par an. Le décret sur la clause du besoin permettant de réguler les équipements médicaux lourds est un outil stratégique ( ndlr: il vient d’être accepté par le Grand Conseil). C’est l’ambulatoire hospitalier qui occasionne le plus de surcoût. Notre suréquipement et nos tarifs hauts dans ce domaine sont bel et bien au cœur du problème.

Où en est votre projet de caisse publique cantonale?

J’ai coopéré à un texte qui circule auprès des acteurs susceptibles de lancer l’initiative populaire, seul moyen de modifier le cadre légal fédéral. Tout comme l’ex-patron d’Assura Jean-Paul Diserens, je défends un modèle de caisse de compensation cantonale. Cette institution encaisse toutes les primes. La prime cantonale unique évolue strictement avec les coûts, et cela pour tous les Vaudois. Finies la chasse aux mauvais risques et les primes qui varient du simple au double pour les mêmes prestations. Ce système permet aussi de conserver le libre choix de son prestataire administratif. Les assurances continuent à faire leur travail en vérifiant les factures et déclenchant les remboursements.

L’idée d’une caisse unique nationale est-elle utopique?

Non. Mais cette fois il faut un modèle de compromis, acceptable par une majorité du peuple et de cantons. Un modèle national sera toujours difficile à accepter pour les petits cantons alémaniques qui ont des primes inférieures à la moyenne et ne peuvent donc pas espérer mieux qu’aujourd’hui. Proposer un modèle cantonal est la seule chance de les convaincre.

Vous voulez aussi plafonner les primes à 10% maximum du revenu des ménages. Le PS suisse prépare une initiative dans ce sens.

C’est une avancée extrêmement importante qui fait partie des contreparties sociales de la réforme des entreprises. Si le Grand Conseil confirme son vote positif de mardi dernier, la loi entrerait en vigueur dans le canton de Vaud en 2018 ou 2019.

Créé: 24.09.2015, 19h56

Articles en relation

Assura justifie la forte hausse de ses primes l'an prochain

Assurance-maladie Editorial La caisse low cost a dû adapter ses tarifs à ses dépenses. La facture est salée : +10,3% sur Vaud, +9,5% à Genève. En moyenne suisse : +9,3%. Plus...

Et si on changeait de caisse-maladie cette année?

Assurance-maladie Editorial La loi garantit le libre choix de son assureur-maladie. A condition de respecter quelques règles. Mode d'emploi Plus...

+4,7% de primes maladie pour les Vaudois en 2016

Assurance-maladie Les Vaudois débourseront 21 francs supplémentaires en moyenne l'année prochaine, avec une prime moyenne de 471,50 francs (450 en 2015). Plus...

Le PS veut limiter les primes à 10% du revenu imposable

Assurance-maladie Alors que les Suisses connaîtront jeudi les montants de leurs primes 2016, le PS planche sur une nouvelle initiative populaire Plus...

«Il faut mutualiser les réserves et fixer une seule prime cantonale»

Hausse des primes «24heures» dévoilait ce vendredi qu'Assura allait augmenter fortement ses primes 2016. Interview de Jean-Paul Dieserens, fondateur de l'assurance. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.