Passer au contenu principal

Comment bien déguster 20 boutefas

Le jury de Mister Boutefas a choisi les cinq finalistes qui seront départagés par le public. On y était.

Quelques-uns des candidats au titre de Mister Boutefas.
Quelques-uns des candidats au titre de Mister Boutefas.
DR

Slow Food Vaud aime les produits authentiques et de terroir. L’association défend donc le candidat à une IGP (Indication géographique protégée) en organisant depuis quatre ans un concours, Mister Boutefas, où peuvent participer tous les charcutiers du canton. Pour cette cinquième année, nous avons participé au jury qui a sélectionné les cinq finalistes, qui seront départagés par le public le 4 mai prochain, à l’Abbaye de Montheron.

C’était aussi l’occasion de voir qu’à partir d’une recette semblable (ou presque), les vingt candidats, tous cuits de la même manière au Chalet des Enfants, au Mont-sur-Lausanne, présentaient de grandes variétés de style. Les neuf jurés, boucher, journalistes, membres de Slow Food ou consommateurs, ont eu deux tours pour les apprécier. L’aspect, d’abord, de ce boyau de porc à la forme particulière, fumé à cru, doit ne pas être trop brun. Une fois coupé, le grain de la viande, sa couleur, son gras doivent être engageants. En bouche, la texture doit être agréable, ni trop compacte ni trop lâche. Enfin, le goût (note doublée) doit respecter la viande, les épices, sans être trop salé ni trop fumé.

Au final, les cinq bouchers retenus sont: la boucherie à la ferme des Martin, à Puidoux, les boucheries Ogiz, à Yverdon, Wyler, à Lucens, de la Venoge, à Cossonay, et Stuby, à Vevey.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.