Passer au contenu principal

La démocratie de village devra évoluer ou éviter les élus d’un soir

Députés et élus communaux veulent tordre le cou aux assermentations d’un soir dans les conseils généraux. Le débat est relancé.

Le 18 janvier, trois conseils généraux (ici Mont-la-Ville) votaient sur les éoliennes du Mollendruz. Par une poignée de voix, certaines assermentées le soir même, La Praz a refusé.
Le 18 janvier, trois conseils généraux (ici Mont-la-Ville) votaient sur les éoliennes du Mollendruz. Par une poignée de voix, certaines assermentées le soir même, La Praz a refusé.
CHRISTIAN BRUN - A

Dans les jours qui viennent, les villages de ce canton ont plutôt intérêt à se tenir à carreau. Au risque de se retrouver face à une sérieuse réforme – voire à une suppression – des conseils généraux, ce système qui régit le fonctionnement de la moitié des communes vaudoises (lire ci-contre). La question était mine de rien dans l’air depuis plusieurs années, elle avait même été sérieusement évoquée lors de la révision de la loi sur les communes en 2012. Elle est revenue par la petite porte mardi dernier au Grand Conseil, sous la forme d’un postulat du député combier Nicolas Rochat Fernandez (PS). Et pour l’heure, elle semble, à gauche comme à droite, faire l’unanimité sur le fond. Hors micro, plusieurs élus évoquent à voix basse la disparition inévitable de ces bons vieux conseils de village.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.