Passer au contenu principal

Sur le départ, Monsanto va-t-elle devoir payer un rattrapage d’impôts?

Les Verts s’interrogent sur les conséquences fiscales du déménagement de Monsanto à Bâle. Elle a profité d’une exonération fiscale pendant dix ans

Le siège de Monsanto à Morges.
Le siège de Monsanto à Morges.
Patrick Martin

En 2012, le Conseil d’État annonçait que la multinationale Monsanto, implantée à Morges, bénéficiait d’une exonération fiscale de 2004 à 2014. Elle se montait à «100% pour l’impôt cantonal et communal et de 50% pour l’impôt fédéral direct». Maintenant que Monsanto a annoncé son départ pour Bâle (notre édition du 25 mai), l’État de Vaud va-t-il lui réclamer de l’argent? C’est la question que pose le député écologiste Raphaël Mahaim. Il a déposé une interpellation mardi dernier au Grand Conseil.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.