Départ mystérieux d’une figure du social

LausanneNicolas Pythoud quitte la direction de la fondation ABS dans des circonstances floues.

Nicolas Pythoud quittera la direction de la Fondation ABS le 31 janvier.

Nicolas Pythoud quittera la direction de la Fondation ABS le 31 janvier. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Fondation d’accueil à bas seuil ABS perd son directeur, Nicolas Pythoud, personnage bien connu dans le milieu de l’accueil social à Lausanne. Il quittera ses fonctions le 31 janvier après plus de dix ans au sein de cette institution qui gère notamment Le Passage et La Terrasse au Vallon (pour les consommateurs de drogue et d’alcool), et qui accueillera, l’an prochain, le futur Espace de consommation sécurisé de drogues (ECS). «Je ne ferai aucun commentaire sur les raisons et les circonstances de ce départ», réagit l’intéressé. Le président du conseil de fondation, Gilles Lugrin, confirme la nouvelle mais n’est guère plus bavard. «Ce départ fera l’objet d’un communiqué aux partenaires du réseau courant janvier.» La Fondation se mettra en quête d’un successeur début 2018. Les deux adjoints de Nicolas Pythoud assureront l’intérim.

Il se murmure que des tensions entre le conseil de fondation et le futur ex-directeur sont à l’origine du divorce. «Je ne souhaite pas m’exprimer sur ce point, répond Gilles Lugrin. Mais je peux dire que M. Nicolas Pythoud a réalisé énormément de grandes choses pour la fondation. Il a aujourd’hui d’autres projets dans le domaine des addictions.» L’intéressé confirme qu’il planche sur un projet pour le compte du Service cantonal de la santé publique.

Subventionneur de la Fondation ABS (comme la Ville de Lausanne) et futur employeur de Nicolas Pythoud, le Canton n’en dit pas beaucoup plus. «Si les deux parties ont décidé de ne pas s’exprimer sur les raisons de cette séparation, ce n’est pas à l’État de faire des commentaires», signifie le conseiller d’État Pierre-Yves Maillard. Ce divorce interpelle, alors que l’ouverture de l’ECS, plus connu sous le nom de «local d’injection» et en faveur duquel Nicolas Pythoud s’était engagé, est espérée aux alentours de l’été 2018. Une femme, membre du conseil de la Fondation ABS, a été nommée responsable d’un groupe opérationnel dédié à l’ECS, projet pilote entièrement financé par la Ville de Lausanne. En parallèle, un comité de pilotage a été créé avec des représentants des services sociaux lausannois et des membres du conseil de fondation. Il sera dirigé par le municipal Oscar Tosato.

Réactions unanimes

Ce dernier ne s’exprime pas sur les raisons du départ de Nicolas Pythoud mais salue «un homme de terrain, ouvert, sensible, qui a toujours été soucieux de proposer les prestations nécessaires pour permettre aux toxicomanes de sortir de leur dépendance et de vivre dans un maximum de dignité». Et d’ajouter: «Son autorité sur toutes les questions liées à l’accompagnement des toxicomanes est incontestable.» Oscar Tosato a par ailleurs demandé que ses services soient associés au choix du futur directeur. Dans le paysage social lausannois, ce départ ne passe pas inaperçu. «C’est un choc car nous perdons un directeur estimé, doté d’une grande expérience et avec qui la collaboration a toujours été excellente, réagit Sara Hefhaf Martins Dias, directrice de la structure d’hébergement d’urgence La Marmotte. Néanmoins, j’ai confiance et je sais que la qualité des prestations sera maintenue.»

Implantée dans le quartier du Vallon, la Fondation ABS entretient d’étroits contacts avec les acteurs socioculturels du quartier. «Nicolas Pythoud a beaucoup œuvré pour valoriser la présence des personnes toxicodépendantes au Vallon, souligne l’animatrice socioculturelle Marie Leuba. Nous avons appris son départ avec regret et il faut saluer son travail car les projets menés hors les murs dépendent souvent de l’engagement de personnes qui vont au-delà de leur fonction.» Le directeur de la Fondation Mère Sofia, Yan Desarzens, évoque «un homme qui a énormément de compétences et une perte pour le réseau lausannois». (24 heures)

Créé: 20.12.2017, 19h47

Articles en relation

Le référendum sur le local d’injection n’aura pas lieu

Lausanne L’Association romande contre la drogue a renoncé à lancer une récolte de signatures, faute de «forces nécessaires». Plus...

Le débat sur la drogue auquel Lausanne s'attend

Local d'injection Les opposants au lieu de consommation sécurisé veulent monter un référendum. Retour sur les nombreux arguments qui ont agité le Conseil mardi. Plus...

Le blanc-seing des élus lausannois au local d'injection

Conseil communal Contre l’avis d’une minorité, les conseillers ont dit oui à un espace de consommation sécurisé pour les toxicomanes. En attendant le référendum. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des déchets plastiques dans le Léman. Paru le 18 avril 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...