Un député attend 26 ans pour avoir une réponse du Conseil d'Etat

PatienceLe popiste Marc Vuilleumier avait interpellé le gouvernement en 1992 sur la perte de pouvoir d'achat des personnes à faible revenu faible. Pierre-Yves Maillard lui répond enfin

Marc Vuilleumier (Ensemble à gauche) siégeait déjà au Grand Conseil en 1992. Avant d'être élu à la Municipalité de Lausanne en 2006. Et de redevenir député en 2017.

Marc Vuilleumier (Ensemble à gauche) siégeait déjà au Grand Conseil en 1992. Avant d'être élu à la Municipalité de Lausanne en 2006. Et de redevenir député en 2017. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je saurais gré au Conseil d'Etat de répondre aussi vite que possible», écrivait Marc Vuilleumier en 1992. En déposant son interpellation au Grand Conseil, le député popiste lausannois était loin d'imaginer qu'il devrait attendre vingt-six ans pour avoir une réponse.

Le Conseil d'Etat doit normalement répondre à une interpellation dans un délai de trois mois «au plus tard», selon la Loi sur le Grand Conseil.

«Je remercie le Conseil d'Etat pour sa réponse», a dit l'élu du groupe Ensemble à gauche ce mardi. Son interpellation s'inquiétait de la baisse du pouvoir d'achat des personnes au bénéfice de prestations complémentaires. «Je l'avais oubliée, cette interpellation», a-t-il avoué. Mais «le problème est toujours d'actualité».

Les excuses du Conseil d'Etat

Pierre-Yves Maillard a présenté ses excuses au nom du Conseil d'Etat pour ce quart de siècle d'attente.« Je suis responsable d'un peu plus de la moitié de ce retard», a-t-il reconnu. Rappelant: «Nous nous sommes engagés à la fin de la dernière législature à rattraper toutes les interventions en retard». Et d'avouer: «Il y a un dilemme avec des objets aussi anciens: soit je réponds et je me fais engueuler, soit je ne réponds pas et personne ne voit rien. Malgré tout, la question posée en 1992 est importante et elle reste effectivement d'actualité» a reconnu le ministre en charge de la Santé et de l'action sociale.

En 2016, le Grand Conseil avait annulé cinq séances, faute d'objets à débattre. Les critiques fusaient alors contre le Conseil d'Etat, accusé de répondre trop lentement aux interventions parlementaires - plus de 200 questions, interpellations, motions ou postulats déposés chaque année. Plus de 150 attendaient encore une réponse de l'Exécutif. Pierre-Yves Maillard, alors président du Conseil d'Etat, s'était défendu en expliquant que le Conseil d'Etat avait rattrapé une bonne partie des 400 objets en attente au début de la législature.

Cinq ministres successifs

En 1992, l'interpellation de Marc Vuilleumier s'adressait au conseiller d'Etat Pierre Duvoisin. Le Département de la santé et de l'action sociale a été ensuite repris par Charles Favre (1994), Philippe Biéler (1996) et Charles-Louis Rochat (1998) avant l'arrivée de Pierre-Yves Maillard en 2004.

En 1992, les Suisses refusaient d'entrer dans l'Espace économique européen (EEE). L'Union européenne n'existait pas dans sa forme actuelle. François Mitterand était au pouvoir en France. Le Web avait deux ans d'existence. Le skieur Alberto Tomba gagnait de l'or à Albertville. Le Vatican réhabilitait Galilée. On fumait dans les trains, les restaurants et les avions.

Un gouvernement masculin

Le Conseil d'Etat vaudois n'était alors composé que par des hommes. Cinq élus sur sept étaient de droite.

Marc Vuilleumier a précisé lors de son intervention mardi qu'en 1992 son collègue député Philippe Cornamusaz (PLR) faisait son entrée au Grand Conseil. «Il y est encore». Un autre député, Alexandre Démétriadès (PS), n'était âgé que d'une année. (24 heures)

Créé: 11.09.2018, 12h00

Articles en relation

«L’abandon de la Police a été un crève-cœur, j’en garderai la cicatrice»

Interview Au terme de son mandat, Marc Vuilleumier revient sur ses deux législatures passées à la Municipalité de Lausanne. Plus...

Marc Vuilleumier fait une croix sur la Municipalité de Lausanne

Elections communales Le popiste assume sa candidature au National mais ne briguera pas un troisième mandat à l’Exécutif de la capitale vaudoise. Plus...

L'extrême gauche vaudoise veut revenir au parlement

Elections fédérales Le POP et Solidarités ont présenté lundi leurs candidats. Le municipal lausannois Marc Vuilleumier est en toute fin de liste Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...