Les députés s’autorisent un demi-débat sur l’affaire S3

Grand ConseilLa qualité du rapport de la commission de gestion sur Swiss Space System Holding interroge.

La présidente du Conseil d’Etat Nuria Gorrite (PS) et le président de la Commission de gestion Hugues Gander (PS).

La présidente du Conseil d’Etat Nuria Gorrite (PS) et le président de la Commission de gestion Hugues Gander (PS). Image: Jean-Bernard Sieber / ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le rapport sur l’affaire S3 n’a eu le droit qu’à un débat avorté. Pour l’instant. Mardi, la Commission de gestion (Coges) a présenté son rapport 2018. Un millésime agrémenté d’une sorte de supplément spécial sur le dossier Swiss Space System Holding (S3). Une société dont la faillite a défrayé la chronique. Mais ce sont surtout les conditions dans lesquelles le Département de l’économie a accordé un prêt d’un demi-million à S3 qui intriguent. La Coges conclut que le Département a fait preuve de légèreté dans cette affaire.

Certains députés se demandent si le travail d’investigation de la Coges n’est pas lui aussi un peu léger. La commission n’a pas eu accès à toutes les pièces du dossier comme l’a révélé «24 heures» début mai. Il lui manque, notamment, un courriel de l’homme d’affaires Philippe Petitpierre (ndlr: ancien président du Développement économique vaudois) adressé à Philippe Leuba le 14 août 2015, dans lequel il était indiqué que la BCV avait refusé d’octroyer un prêt à S3. «Il y a deux questions, a commencé le député Yves Ferrari (V). La Coges a-t-elle pu faire son travail correctement en ayant accès à toutes les informations et sinon pourquoi la commission de surveillance du premier pouvoir n’a-t-elle pas eu accès à toutes les informations?»

Le président de la Coges, Hugues Gander (PS), a répondu que la commission avait pu faire son travail correctement sans toutes les pièces à disposition. Le socialiste s’est étonné que l’on fasse «davantage le procès du travail de la Coges que celui de l’affaire elle-même».

Le débat devenait intéressant, mais le député Vuillemin (PLR) a déposé une motion d’ordre pour l’arrêter «immédiatement». La droite a voté la motion en bloc avec des socialistes. On verra si ce débat reprend le 25 juin, date à laquelle les députés doivent se pencher sur les réponses du Conseil d’État aux 28 observations du rapport 2018 de la Coges.


(24 heures)

Créé: 21.05.2019, 22h00

Articles en relation

Le Conseil d'Etat a prêté 500'000 francs sans avoir assez d'infos

Affaire S3 Dans son rapport annuel, la commission de gestion épingle la «décision prise dans l'euphorie» d'octroyer un prêt à la société Swiss Space Systems en 2015. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.