Les députés ont voté pour la mort du chien «Chalom»

Grand ConseilUne majorité d’élus refusent de gracier l’animal, condamné à mort par la justice. Le chien va être euthanasié, selon le Conseil d’Etat.

Jacqueline de Quattro souhaite que «Chalom» soit enfin euthanasié: «Je rappelle qu’il a arraché les lèvres et une paupière d’une personne. Et vous dites qu’il est inoffensif?»

Jacqueline de Quattro souhaite que «Chalom» soit enfin euthanasié: «Je rappelle qu’il a arraché les lèvres et une paupière d’une personne. Et vous dites qu’il est inoffensif?» Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pas de pitié pour Chalom. Les députés vaudois ont décidé mardi d’approuver la mort du chien. Et à une très large majorité: 108 voix contre 12 et 5 abstentions. Le hovawart de 8 ans, classé «chien dangereux» en 2012 pour avoir mordu quatre fois, séquestré depuis près de trois ans au refuge Sainte-Catherine sur ordre du vétérinaire cantonal, n’a pas trouvé grâce. Mais il a suscité un débat nourri de près d’une heure.

Ses défenseurs demandaient d’appuyer la pétition «Sauvez Chalom», signée par 1600 personnes. «Ce chien n’est ni agressif ni méchant, martèle Marc Oran (POP). Vouloir tuer Chalom, c’est comme sortir un bazooka pour tuer un moustique.» Il reproche aux services cantonaux de n’avoir pas tenu compte de la placidité de l’animal depuis son séquestre, en 2012. Oui, on peut renoncer à l’euthanasie et placer ce chien chez les spécialistes canins qui veulent bien l’adopter à Zurich, abonde Pierre-André Pernoud (UDC): «Quelle énergie dépensée pour ce pauvre chien. Mis en de bonnes mains, il aurait coulé des jours paisibles.»

«Aux frais du contribuable»

Le Grand Conseil «a voté une loi sur les chiens qui doit s’appliquer, un point c’est tout, rétorque Marc-Olivier Buffat (PLR). Il n’y a aucune raison de revenir sur une décision du vétérinaire cantonal, confirmée par le Tribunal fédéral (TF) en 2015. On parle d’un chien qui a mordu plusieurs fois, et la sécurité publique est un impératif.» Les coûts de garde de Chalom à Sainte-Catherine (20 francs par jour), «aux frais du contribuable», lui restent aussi en travers de la gorge. «On ne devrait même pas parler de ce chien, ne confondons pas les animaux et les humains, il y a des choses bien plus importantes!» s’énerve Pierre Volet (PLR). Il cite les réfugiés, «à qui on ferait mieux de donner l’argent dépensé». Serge Melly (Vaud Libre) répond que «l’on ne peut pas avoir de sollicitude pour les êtres humains si on n’en a pas pour les animaux».

Jacqueline de Quattro (PLR) prend alors la parole pour regretter que Chalom n’ait «pas pu être endormi à cause de toutes les voies de recours possibles et imaginables employées par le propriétaire». Ce chien n’a rien d’inoffensif, rappelle la conseillère d’Etat: «Le TF a estimé que l’euthanasie était la seule mesure adaptée dans cette affaire. Je trouverais délicat, en vertu de la séparation des pouvoirs, qu’un Grand Conseil puisse défaire une décision de la justice fédérale. Mais c’est votre responsabilité.» Appel entendu par la majorité des élus.

Chalom peut-il encore espérer un sursis? Ses amis le souhaitent vivement: «Nous avons fait recours contre le rejet de la demande en grâce déposée en 2015 et il y a un effet suspensif», pense Marc Oran. Mais le Conseil d’Etat douche cet espoir: le département de Jacqueline de Quattro affirme que «plus rien ne s’oppose désormais à l’euthanasie de ce chien. La décision de l’endormir devient exécutoire.» (24 heures)

Créé: 02.03.2016, 07h22

Articles en relation

Les députés diront aujourd’hui si «Chalom» doit vivre ou mourir

Grand Conseil Condamné à mort pour avoir mordu à plusieurs reprises, le chien reste en sursis. Une pétition pour le sauver peine à convaincre les élus. Plus...

La pétition pour sauver Chalom a cartonné

Grand Conseil Remise ce mardi au Grand Conseil de 1600 signatures soutenant la demande de grâce déposée pour le hovawart, condamné par la justice à être euthanasié. Plus...

La cause du chien Chalom pourrait aller à Strasbourg

Yverdon Selon le Tribunal fédéral, le chien doit être piqué comme l’a demandé l’Office vétérinaire. Son maître hésite à faire recours à la Cour européenne des droits de l’homme. Plus...

La vie du chien Chalom est entre les mains des juges du Tribunal fédéral

Vaud Une avocate lausannoise se bat pour sauver le?hovawart d’un habitant d’Yverdon. Sa dernière chance est le recours au TF Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.