Les «dérives» de Bochuz embarrassent la gauche

SécuritéEn demandant une commission d’enquête, la droite contraint le PS et les Verts à défendre Béatrice Métraux sur un terrain glissant

La direction des Etablissements de la plaine de l’Orbe est sous le feu de la critique. Désormais, le débat devient aussi politique.

La direction des Etablissements de la plaine de l’Orbe est sous le feu de la critique. Désormais, le débat devient aussi politique. Image: Keystone/Dominic Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Court-circuiter. C’est le verbe qui convient à la stratégie de l’UDC et du Parti libéral-radical (PLR) dans l’affaire du courrier des 63 détenus de Bochuz qui ont dénoncé des «dérives» et des «règles arbitraires» dans leur prison, le 21 août dernier. Une lettre de dénonciation d’ex-collaborateurs des Etablissements de la plaine de l’Orbe (EPO) avait suivi, dans laquelle ces derniers estiment aussi que cette prison dysfonctionne. Mardi dernier, c’était au tour des partis de droite d’annoncer vouloir mettre sur pied une commission d’enquête parlementaire.

Un moyen de court-circuiter qui exactement? D’abord la Verte Béatrice Métraux elle-même qui, comme conseillère d’Etat en charge de la sécurité, a déjà annoncé que ses services investiguaient à l’interne. Mais aussi deux commissions présidées par des députés socialistes et qui, elles aussi, se penchent actuellement sur l’affaire: celle de gestion et celle des visiteurs de prisons. D’ailleurs cette dernière a déjà rencontré 50 détenus, selon Claude Schwab, son président, qui ne souhaite pas s’exprimer sur l’idée d’une commission d’enquête.


A lire aussi: Menace de suicide à la prison de Bochuz


La stratégie est suffisamment finaude pour embarrasser la gauche pendant plusieurs mois. Comme l’a annoncé vendredi la présidente du Grand Conseil (la Verte Sylvie Podio), le parlement ne se prononcera qu’en janvier sur l’idée de créer une commission spéciale. Quant au Conseil d’Etat, il a jusqu’à fin novembre pour donner son avis.

Les Verts sont déjà tombés dans le piège de la droite mercredi, en voulant défendre Béatrice Métraux. Ils accusent la droite de «gesticulations» et d’«agressivité.» Les cadres de la droite confirment vouloir pousser la gauche dans l’arène. «C’est clair!» commente ainsi Marc-Olivier Buffat, le chef du groupe libéral-radical. «Nous ne connaissons pas réellement la position des partis de gauche. Depuis l’annonce de la construction de nouvelles places de détention en 2012, rien ne s’est passé.»

Philippe Jobin, chef du groupe UDC, va dans le même sens: «Je me réjouis de les entendre. Jusqu’à présent, on les a peu entendus. Après les élections du printemps, l’hémicycle est nouveau et l’on peut avoir des surprises.»

«Lorsque Madame Métraux a repris ce Département, il était en moins bon état que maintenant.»

La gauche réfute l’idée d’être dans une situation délicate et rappelle que le libéral-radical Philippe Leuba dirigeait les prisons avant Béatrice Métraux. «Lorsque Madame Métraux a repris ce Département, il était en moins bon état que maintenant. Sa politique a grandement amélioré la situation», insiste la députée Jessica Jaccoud, vice-présidente du Parti socialiste. «La droite a la volonté d’hyper-politiser une thématique qui est, pour l’instant, appréhendée par des organes que nous avons déjà.»

Alberto Mocchi, le président des Verts, abonde: «Le Service pénitentiaire a souffert d’un manque chronique d’investissements pendant des années, avant d’être remis à flot par Béatrice Métraux, Sylvie Bula (la cheffe du service) et ses collaborateurs. Personne ne nie qu’il puisse y avoir des soucis, comme dans tout service, mais une commission d’enquête est un outil disproportionné, qui n’a pas pour but de planifier une politique, mais de juger. La droite fait de la politique spectacle, alors que la criminalité est en baisse et qu’il n’y a plus eu d’évasion depuis 2013.»

Hiatus

La gauche met le doigt sur un hiatus dans la stratégie de l’UDC et du PLR. Le Grand Conseil a régulièrement discuté des prisons ces dernières années. Il y a eu l’agrandissement de la prison d’Orbe, les évasions au Bois-Mermet et à Orbe, les Assises de la chaîne pénale, l’affaire Marie (assassinée par l’ex-détenu Claude D.), le rapport sur la politique pénitentiaire, la sous-occupation de la prison pour mineurs de Palézieux, etc.

«On n’a jamais autant parlé de prisons que pendant la dernière législature, commente Alberto Mocchi. Des dizaines d’interpellations, postulats et motions ont été déposées. Ce n’est pas comme si la droite avait été empêchée de débattre.»

En face, Marc-Olivier Buffat ne se démonte pas et utilise la même liste pour une tout autre conclusion: «Regardez les réponses que nous avons toujours obtenues. On nous parle de planification. Et vous voyez le temps qu’on perd? Les réponses ne correspondent pas à ce qui remonte des policiers, des avocats, des gardiens. Il y a un vrai problème.» (24 heures)

Créé: 30.09.2017, 08h37

Articles en relation

Menace de suicide à la prison de Bochuz

Orbe Un détenu de 26 ans a menacé de se jeter d'un avant-toit haut de 10 mètres alors que la promenade se terminait jeudi soir. Plus...

UDC et PLR veulent une enquête sur les prisons

Sécurité L’UDC, soutenue par les libéraux-radicaux, a déposé une demande pour la création d’une commission d’enquête parlementaire en vue de contrôler la gestion du Service pénitentiaire. Plus...

Bochuz: Après des détenus, des ex-employés critiquent la direction

Prison Dans une lettre adressée mardi au Grand Conseil, 8 anciens collaborateurs, soutenus anonymement par du personnel encore en fonction, dénoncent les «dysfonctionnements» de la plus grande prison du canton Plus...

Le Grand Conseil veut enquêter sur la prison de Bochuz

Plainte Deux commissions vont instruire les plaintes de 63 détenus qui demandent la démission du directeur des EPO. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...