Passer au contenu principal

LogementDétente sur le marché immobilier de l'arc lémanique

Le marché immobilier sur l'arc lémanique évolue vers une légère détente, a affirmé le directeur régional d'UBS Genève Jean-François Beausoleil. La demande est moins forte et l'offre de logements augmente.

Le risque d'une bulle sur le marché immobilier s'éloigne, selon le responsable d'UBS.
Le risque d'une bulle sur le marché immobilier s'éloigne, selon le responsable d'UBS.
Keystone

A l'occasion de la présentation de l'enquête annuelle de Genève Place Financière, le directeur régional d'UBS Genève, Jean-François Beausoleil, a affirmé que le risque d'une bulle sur le marché immobilier s'éloigne, même dans une région tendue comme celle de l'arc lémanique.

"L'on constate un léger tassement", a affirmé Jean-François Beausoleil. Du côté de l'offre, à Genève, le taux de vacance des logements (750 logements vacants, soit 0,33%) est toujours un problème, toutefois les constructions neuves sont en augmentation et il devrait y avoir davantage de logements à disposition en 2013-2014.

Vers une réduction de la demande

La demande pourrait, elle, se réduire. Le solde migratoire a été nettement moins élevé en 2011 qu'en 2010, a indiqué M. Beausoleil.

A ces éléments du marché, s'ajoutent des directives plus sévères pour l'octroi de prêts hypothécaires, comme sur l'utilisation du deuxième pilier et l'amortissement de la dette. Jean-François Beausoleil a en outre estimé que la région pourrait souffrir à l'avenir d'une perte de son attractivité. "L'exemple de la fermeture du site de Merck Serono montre que rien n'est acquis", a déclaré le responsable d'UBS.

La prudence s'impose

Le franc reste fort vis-à-vis de l'euro, mais aussi du dollar, alors que les multinationales et les organisations internationales paient leurs employés surtout en dollars, a-t-il relevé.

Jean-François Beausoleil a souligné que la prudence s'impose plus que jamais. Le retour de l'inflation "est une certitude", même si "on ne sait pas quand et comment cela arrivera". L'UBS prévoit que les taux d'intérêt vont rester bas en 2013 et 2014, mais pourraient augmenter plus ou moins fortement à partir de 2015.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.