Les deux employés des TPC blanchis

VeveyLe Tribunal acquitte le duo accusé de n’avoir pas assez déblayé la neige sur la gare de Bretaye. Elle s’était effondrée sur un contrôleur.

Le jugement a été rendu par le Tribunal de police de L'Est vaudois à Vevey

Le jugement a été rendu par le Tribunal de police de L'Est vaudois à Vevey Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal de police de Vevey libère les deux responsables d’entretien des Transports publics du Chablais (TPC), père et fils, de l’accusation de lésions corporelles graves par négligence. Il leur était reproché de n’avoir pas assez déblayé la neige de la coupole de la gare de Bretaye, le 3 février 2015.

Cette masse neigeuse s’était inopinément effondrée sur un contrôleur des billets du Bex-Villars-Bretaye (BVB), le blessant et l’invalidant. Ce dernier avait déposé une plainte, avant de la retirer. Mais la justice avait suivi son cours, avec trois procureurs différents.

La défense se dit satisfaite de ce dénouement, «après cinq années de mauvaise gestion du dossier et une enquête bâclée». «Le tribunal confirme qu’en dix ans d’exploitation sans aucun problème l’on ne pouvait pas sanctionner des employés diligents et responsables d’une situation imprévisible», commente Christophe Misteli, avocat du fils. Les frais sont pour leur part laissés à l’État.

Créé: 29.01.2020, 07h11

Articles en relation

«Pourquoi chercher des fautifs? C’est la fatalité!»

Vevey Le Tribunal de police juge deux employés des TPC qui n’auraient pas assez déblayé la neige sur le dôme de la gare de Bretaye. Celle-ci a glissé, blessant un contrôleur des billets. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.