Passer au contenu principal

Deux singes se promènent en liberté à Aquatis

Un couple de sakis à face pâle vient d’emménager dans la serre de l’aquarium-vivarium de Vennes.

Le saki à face pâle, originaire de Guyane, est un singe très tranquille, à découvrir dans la serre d’Aquatis.

Les mangoustes naines ne sont plus les seuls animaux à poil d’Aquatis. Frederick et Nieves, un couple de sakis à face pâle (des singes originaires de Guyane), ont pris leurs quartiers la semaine passée dans la serre tropicale de l’aquarium-vivarium lausannois. Particularité de leur cage: elle reste ouverte en permanence, laissant ses habitants se promener librement dans la serre suivant leurs envies.

«Le saki est un des singes les plus tranquilles qui existent et il ne cherche pas le contact avec l’humain, explique Michel Ansermet, curateur senior d’Aquatis. C’est un collègue du Zoo de Leipzig, qui en héberge aussi, qui nous les a conseillés.» Venus respectivement d’Angleterre et d’Espagne, Frederick et Nieves font partie d’un programme européen de protection de l’espèce et portent de grands espoirs de reproduction.

«L’écosystème de notre serre est désormais presque complet»

Directeur d’Aquatis, Jean-Marc Meylan avoue avoir été assez ému en observant le couple explorer librement son nouvel habitat. «Leur présence est l’aboutissement d’un long travail préparatoire, dont on parle depuis l’ouverture d’Aquatis. Grâce à elle, qui s’ajoute à celle des poissons, des amphibiens et des oiseaux, l’écosystème de notre serre est désormais presque complet.»

Le couple de singes en semi-liberté constituera évidemment un attrait supplémentaire pour les visiteurs. Mais Aquatis ne mise pas tout sur eux pour doper les entrées. «Nos ateliers pédagogiques pour les écoles rencontrent un succès croissant. En mai et en juin, nous accueillerons presque une classe par jour.» Depuis le mois de mars dernier, le directeur observe aussi avec satisfaction l’arrivée d’une nouvelle clientèle, venue d’outre-Sarine. «Nos campagnes de promotion commencent visiblement à payer. Nous recevons de plus en plus de Suisses alémaniques, qui réservent également une nuit d’hôtel sur place et en profitent pour passer le week-end à Lausanne.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.