Didier Burkhalter se mouille pour l’or bleu à La Tour-de-Peilz

EnvironnementLe conseiller fédéral a ouvert, lundi matin, le 13e Parlement européen de la jeunesse pour l’eau. Haie d’honneur et promesses au menu.

«Je voyage dans le monde entier et demande régulièrement à ceux que je rencontre ce dont ils ont le plus besoin. On me répond souvent que c'est l'eau potable», a relaté Didier Burkhalter.

«Je voyage dans le monde entier et demande régulièrement à ceux que je rencontre ce dont ils ont le plus besoin. On me répond souvent que c'est l'eau potable», a relaté Didier Burkhalter. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des applaudissements, d’abord un peu timides. Et puis des cris de joie, des mains qui se dressent dans la foule de jeunes, et un conseiller fédéral tout sourire qui frappe gaillardement dedans, à la manière d’un basketteur. Didier Burkhalter a donné le coup d’envoi, hier matin au Gymnase de Burier, du 13e Parlement européen de la jeunesse pour l’eau. Un rassemblement réunissant des étudiants venus de tout le continent pour débattre à La Tour-de-Peilz de la gestion du précieux liquide.

Et, sur le coup de 9 h, les 1500 étudiants de l’établissement lui ont réservé un véritable accueil de rock star, formant une immense haie d’honneur dans le préau. A ses côtés, le chanteur vaudois Bastian Baker a contribué à faire grimper les décibels. Malgré un début de matinée frisquet, l’immense majorité des gymnasiens avaient enfilé un T-shirt au slogan rigolo («Eau my god»), tandis qu’un drôle de gaillard déguisé en goutte d’eau géante galopait dans les rangs.

«Sautez à l’eau!»

Venus de 17 pays différents, les cinquante parlementaires, âgés de 17 à 22 ans, participeront toute la semaine à des ateliers, à des débats avec des experts et à des moments d’échange. Thème de cette session: la gestion des risques liés à l’or bleu. Des excursions seront également organisées sur le terrain et une déclaration commune sera rédigée d’ici à la fin de la semaine et transmise aux parlements de toutes les nations représentées. Samedi, une délégation du Conseil d’Etat vaudois et du Grand Conseil recevra ainsi le texte des mains des dix jeunes parlementaires vaudois. Objectif: mettre en place des actions concrètes. Les étudiants de Burier se mouillent à cet effet depuis plusieurs années déjà: ils ont récolté des fonds pour le forage d’un puits au Niger, réalisé des vidéoclips de sensibilisation épatants et élaboré des activités ludiques et interactives destinées à des élèves plus jeunes.

«Vous êtes des ambassadeurs du monde de demain. Sautez à l’eau! Osez faire preuve de créativité et osez nous dire ce que nous ne voulons pas entendre», a exhorté Séverin Bez, directeur général de l’enseignement postobligatoire. «L’eau, comme la musique, contribue à rassembler les gens. Stay fresh! » lui a fait écho Bastian Baker, qui a donné, le mois dernier, un concert en Egypte visant à sensibiliser la population locale aux problèmes liés à l’écosystème du Nil.

Standing ovation à l’aula

«Je voyage dans le monde entier et demande régulièrement à ceux que je rencontre ce dont ils ont le plus besoin. On me répond souvent que c’est l’eau potable», a relaté pour sa part Didier Burkhalter devant une aula du gymnase comble et conquise qui lui a réservé une standing ovation. Le conseiller fédéral a par ailleurs promis que Berne mettrait la main au porte-monnaie pour soutenir plusieurs projets qui germeront pendant la semaine. A l’issue de la partie officielle, Léa Basterrechea, étudiante à Burier, parlementaire et future géographe, concède qu’il lui faudra bosser dur pour rattraper les heures de cours qu’elle manquera cette semaine. «D’autant que les examens débutent dans un mois… mais les enseignants sont compréhensifs. Et la possibilité de pouvoir matérialiser mon engagement dans des projets concrets me motive énormément.»

Parlementaire venu des Pays-Bas, Jesse Pennock souligne que les changements climatiques génèrent une montée des eaux préoccupante dans son pays. «Il faut réveiller les consciences. Cette initiative pilotée par des jeunes constitue un pas dans la bonne direction.» (24 heures)

Créé: 14.03.2016, 12h12

Articles en relation

Le Gymnase de Burier cultive ses penchants écolos

Education L’établissement de La Tour-de-Peilz s’engage toujours davantage en faveur du développement durable. Plus...

Le Gymnase de Burier danse pour la journée mondiale de l’eau

Initiative Un flashmob géant a réuni 1600 élèves lundi. L’établissement continue de s’engager pour la gestion de l’or bleu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.