Passer au contenu principal

La discrète villa d’Écublens est une vraie pagode bouddhiste

Habité par une abbesse et deux nonnes, le lieu de culte de la communauté vietnamienne maintient vivantes une spiritualité, une langue et une culture sans se fermer sur lui-même.

Bouddha au salonChants et prosternations s’alternent tout au long de la journée pour demander une protection.
Bouddha au salonChants et prosternations s’alternent tout au long de la journée pour demander une protection.
Florian Cella

Dans un quartier paisible d’Écublens, les villas cossues sont sagement alignées. Parmi elles, on cherche l’adresse de la pagode Linh Phong, mais rien ne la distingue des autres maisons. Il s’agit pourtant d’un lieu de culte bouddhiste important, le seul de tradition vietnamienne en Suisse romande.

Ce dimanche matin, à l’heure ou les voisins profitent du petit-déjeuner, une cérémonie est en train de s’y dérouler. On entre en faisant le moins de bruit possible, on retire ses chaussures et on les range parmi toutes les autres sur les marches d’un petit escalier. Au rez-de-chaussée, ce qui était autrefois le salon a été aménagé en salle de prière où sont rassemblées une dizaine de personnes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.