Disparition de l’ancien évêque Amédée Grab

Carnet noirÀ la tête du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg de 1995 à 1998, le bénédictin d’Einsiedeln avait présidé la conférence des évêques suisses.

Amédée Grab (ici en 2007) a dirigé le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg pendant trois ans avant de diriger celui de Coire.

Amédée Grab (ici en 2007) a dirigé le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg pendant trois ans avant de diriger celui de Coire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg a annoncé lundi le décès de Mgr Amédée Grab, qui a été son évêque de 1995 à 1998. L’homme d’Église a également été à la tête du diocèse de Coire de 1998 à 2007 et a présidé la conférence des évêques de Suisse de 1983 à 2006. Il est décédé de manière inattendue à l’âge de 89 ans, dimanche, à Roveredo, dans les Grisons.

«Nous sommes nombreux à en garder un souvenir désormais ému», a déclaré Mgr Charles Morerod, actuel évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg dans un communiqué. Né en 1930, à Zurich, cet «enfant de Genève» a grandi dans les quartiers des Grottes et de la Servette avant d’accomplir ses études à l’abbaye d’Einsiedeln (SZ). Devenu novice à 19 ans au sein de l’ordre monastique de Saint-Benoît, il a été ordonné prêtre à 24 ans, abandonnant le prénom d’Antoine-Marie pour celui d’Amédée.

C’est en 1987 qu’il a rejoint le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg en tant qu'évêque auxiliaire. Basé alors dans la Cité de Calvin, il a ensuite été appelé à la succession de l’évêque Pierre Mamie à Fribourg. S’il a assumé ces fonctions pour à peine trois ans, il laisse encore aujourd’hui le souvenir d’une personnalité chaleureuse. «Nous sommes plusieurs à avoir regretté son départ lorsqu’il a été nommé évêque de Coire, relève l’abbé Christophe Godel, vicaire épiscopal pour le canton de Vaud. J’étais encore au séminaire à cette époque, et je me souviens du sourire bienveillant qu’il avait toujours.»

En tant qu’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, il a notamment lancé l’Assemblée diocésaine AD 2000, un processus de réflexion réunissant prêtres et laïcs dans le but de donner un nouvel élan au diocèse. Apprécié pour ses qualités de diplomate, il a été appelé dès 1998 à rejoindre l’évêché de Coire afin de succéder à Mgr Wolfgang Haas dans un climat particulièrement tendu. Il est devenu le premier évêque de Coire à être nommé selon le décret papal «Etsi salva», soit sans que le chapitre soit consulté.

En tant que président de la Conférence des évêques de Suisse, il a notamment pris position contre le durcissement du droit d’asile, en 2005, et en faveur de l’autorisation de construire des minarets, en 2006. Il a quitté ses fonctions d’évêque de Coire en 2007, à 77 ans, deux ans après avoir donné sa démission au pape. (24 heures)

Créé: 20.05.2019, 17h34

Articles en relation

L’évêque malgré lui garde sa part de mystère

Portrait Charles Morerod, nommé il y a six ans à la tête du vaste diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg est «déçu en bien». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.